AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au bord de cours d'eau quelquonque

Aller en bas 
AuteurMessage
Murmure
Invité



MessageSujet: Au bord de cours d'eau quelquonque   Lun 8 Mai - 10:34

Murmure ne savait pas quoi faire... Sylliae pleurait doucement, presque silencieusement, la mains toujours accrochée désespérément à ses yeux... L'air sentait maintenant le métal fondu. La nymphe savait que la petite ne l'aimait pas beaucoup... Mais comment lui faire comprendre qu'Elle voulait simplement l'aider?! Pourtant, elle avait déjà aider à la soigner!!
*Je ne comprendrais donc jamais les humains... Où tout autres créatures quelle qu'elle soit...*
Elle ne savait si Sylliae la repousserait si elle essayait de nouveau de l'aider...
*Je vais plutôt attendre de voir comment elle réagit maintenant...*
Revenir en haut Aller en bas
Lusina
Titan de la Terre
Titan de la Terre
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Jeu 11 Mai - 11:32

[Lorsque Syllia aura répondu, tu entendras ça dans le bruissement des feuilles, miss la nymphe :

"- Reviens près de moi, enfant de la nature. Suis le ruisseau jusqu'à l'étang, comme tu es déjà venue jusqu'à moi, et nul être ne vous retrouvera, toi et ta protégée."

Syllia n'entend rien, donc après vous gérez si vous bougez ou non ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllia N
Invité



MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Dim 14 Mai - 6:59

[désolée pour le retard]

Encore une transplanation? La petite commençait à en être fatiguée. Son corps n'était pas habitué à changer ses particules de place si rapidement. Allongée dans l'herbe, Syllia sentait tout, entendait tout. Les larmes de métal avaient cessé de couler le long de ses joues, et seul leur sillon argenté qui brulait encore sa peau rappellait ses sanglots. Les mains toujours collées contre ses yeux, elle n'osait bouger. Pas par peur de la démonne, non. Visiblement celle ci ne lui voulait aucun mal. Syllia s'étonna de son calme face à la situation. Elle aurait du crier, s'enfuir, se lamenter sur son sort, pas se reposer tranquillement dans l'herbe en attendant que la douleur passe. Car cette douleur était atroce, bien plus que tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Et il n'y avait aucun doute, elle était désormais aveugle. Elle le savait par les murmures dans son esprit, ces murmures qu'elle pensait autrefois être la voix de Tora. Tora, que cette histoire lui semblait idiote à présent... elle s'était bernée elle même pendant dix années de sa vie, n'était ce pas comique? Comment penser à lui dans un moment pareil? La voix qui bruissa dans sa tête changea brusquement de ton. Syllia entendit sa propre voix résonner dans le silence. Se parlait elle dans son esprit, ou avait elle parlé à haute voix?

Adieu Tora.


Elle se redressa lentement, tentant de se repérer dans l'espace. La démonne était incroyablement silencieuse, et la jeune fille mit du temps à la localiser. Se relever n'était pas une chose façile, car elle s'obstinait à garder ses mains collées sur son visage. Elle ne voulait pas qu'on voie le désastreux spectacle de sa peau et ses yeux ravagés. Elle se tourna vers ce qu'elle pensait être Murmure et s'adressa à elle:

"- Merci de vous être occupé de moi. Je suis aveugle je crois. Ce n'est pas grave, je..."
Elle sembla hésiter un instant, mais il n'y avait pas la moindre trace de tristesse ou de rage sur son visage. Mais elle quoi? Qu'allait elle faire à présent? Continuer son périple? Mais à quoi bon? Elle ne croyait plus, et était aveugle, qui plus est. Pourtant, elle se sentait plus mûre et confiante que jamais. Tout serait différent à présent. Elle; sa vie, son futur... elle s'éclairçit légèrement la gorge. Sans doute était elle ridicule, à parler avec une main cachant son visage...

"- A vrai dire, je ne sais pas trop. Ne vous inquiètez pas... je vais me débrouiller et..."

Elle avait un peu rit en disant "ne vous inquiètez pas", qu'elle situation cocasse! Peut être la créature en face d'elle ne pensait qu'à la dévorer. Peut être pas. Mais elle l'avait sauvée que quelque chose, et elle méritait ses remerciements. Car Syllia avait senti quelqu'un l'empoigner alors qu'elle se brulait les yeux, quelque chose d'énorme, de dur, qui sentait le sang et le métal... sur le moment, elle n'avait pensé qu'à ses pauvres yeux, mais à présent elle songeait avec une pointe d'excitation qu'elle avait failli mourir.

-" ... merci.
"

Elle se releva à grand peine, et commença à s'éloigner. Elle ne pouvait pas voir que Murmure semblait écouter quelque chose qui montait du fond de la forêt, elle ne pouvait pas voir que sa tunique sale s'était déchirée, elle ne pouvait pas voir la beauté de l'endroit. Mais elle se sentait tellement sereine...

[au fait : je veux que Syllia reste aveugle, donc ne me la guérissez pas..]
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Mar 16 Mai - 18:49

Quand la fillette se mit à remuer, Murmure s'assit à une distance bien respectable. Elle savait que celle-ci la trouvait monstrueuse ne sachant pourquoi... Bon, elle ne la forçerais pas! Si Sylliae continuait à vouloir se sauver ou pire, vouloir de nouveau la tuer, elle s'en irait sans un mot. Murmure ramena donc ses jambes vers son visages et s'acotta sur ses genoux. Ses yeux se perdirent dans la beautée du paysage. Elle ne se lassait pas d'entendre le doux écoullement du ruisseau et ne se lassait de regarder les poissons sauter à la surface à interval régulier ou bien les libellules voler rapidement au dessus de celui-ci. Elle finit par fermée les yeux et sursauta quand la petite magicienne dit: Adieu Tora.
Tora? Qui était donc ce Tora? Peut-être un de ses parents à qui elle n'avait pas encore fait le deuil jusqu'a maintenant. La nymphe se maudissait de ne pas en connaître plus sur les humains...
Elle allait tenter de faire une approche avec la petite quand celle-ci se releva, les mains obstinément coller contre son visage. Elle semblait la chercher...
Elle?
Pourtant... Il lui semblait qu'a peine quelques minutes auparavant elle voulait la tuer?! Savait-elle seulement qu'un démon avait vainement essayer de la violer? Sa voix était si calme... Se souvenait-elle seulement de tous ce qui c'était passer? Apparement pas.
Elle recommança encore à parler...
Murmure n'y prêta pas trop trop attention mais lorsqu'elle la fillette lui dit merci elle sursauta légèrement.
Merci de s'être occupée d'elle?! La nymphe était complètement abasourdie!
Enfin, au moins elle l'avait remercier. Elle n'aurait pas vraiment pris grief si celle-ci ne lui aurait rien dit, mais de savoir qu'elle la remerciait, cela prouvait qu'elle ne croyait plus que Murmure voulait lui faire du mal.
Aveugle... Oui la nymphe le savait. Il n'y avait malheureusement rien à faire, mais si seulement Sylliae pouvait au moins d'égager sa main, Murmure pourrait lui nettoyer tout ce métal durcie. Cela devait être très désagréable mais l'apprentie magicienne semblait plus confiante que jamais, comme si rien ne c'était passé.
Étrange.
Mais ce qui accablait le plus la femme c'est que Sylliae commençait à s'éloigner! Elle ne pouvait la laisser partir avec un visage comme cela. Ce n'était pas la seule raison. Murmure ne voulait pas se l'avouer mais elle ne voulait pas rester seule maintenant qu'elle avait trouver de la compagnie...
Elle se leva et s'apprétait à suivre Sylliae quand une voix l'appela...

Citation :
"- Reviens près de moi, enfant de la nature. Suis le ruisseau jusqu'à l'étang, comme tu es déjà venue jusqu'à moi, et nul être ne vous retrouvera, toi et ta protégée."

Était-ce la dame qui lui avait offert de pouvoir parler aux martins pêcheurs? Que voulait-elle? Enfin, elle irait la voir après avoir convaincu de garder Sylliae au moins quelque temps avec elle...

-Petite, attend...

Attend quoi? Murmure était figée à sa place. Seul ses deux petites ailes bougait.
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Jeu 29 Juin - 14:58

[Désoler Mais là je suis tannée d'attendre]
Et puis non... La petite avait sa propre vie à vivre et Murmure ne pouvait l'obliger à rester. En souriant, la première nymphe recula. Elle était triste de devoir la quitter bien évidemment. Mais elle n'avait pas vraiment le choix. Murmure avait une vie trop differente de Sylliae et elle venait de s'en rendre compte. Pour la nymphe, la forêt était un lieu de paix. Pour la petite ce lieu inspirait la peur. Elle semblait avoir été traumatisé dans son enfance. Mais la nymphe ne pouvait rien faire pour les maladies de l'âme. Aucune plante ne peux diriger le coeur.

La belle créature regarda vers le ciel. Le soleil commençait à se coucher. Une autre journée finissait. Comme la vie était éphèmere! Elle respira longuement, interprétant toute les senteur de la nature. Si pure.. Si riche! Un mélange de tant de choses. Murmure ne savait pas trop où aller. Elle disparut simplement. Le hasard la guiderait peut-être vers une nouvelle aventure, qui sais!
Revenir en haut Aller en bas
Watoo
Sorcier(ère)
Sorcier(ère)
avatar

Nombre de messages : 298
Age : 1012
Date d'inscription : 13/04/2006

MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Jeu 7 Sep - 20:59

Rapidement, le sorcier euphorique, riant aux éclats alors que la vitesse et la chanson le mettaient dans une transe légère et agréable, dévalla la côte et descendit le long du cours d'eau, bondissant avec adresse. Tout à coup, la chaman s'arrêta et observa les environs. Il y avait quelque chose de spécial, de magique en cet endroit. Les yeux grands ouverts, tournant sur lui même pour tout voir et encore grisé par la descente, Watoo sentit son coeur battre encore plus fort en distinguant les myriades étoilées qui semblaient scintiller dans l'air ambiant. Arborant un large sourire, le chasseur de démon s'extasia ;

- Magiiiie !!! Ici forces cosmiques êtres très fortes ! Le karma et les esprits ne faire qu'un, harmonie de l'âme... Nature montrer trésor à oeil avisé de Watoo

Aussitôt, le chaman prit place, assis en indien sur le sol face au ruisseau. Ouvrant grandes ses paumes et fesant divers mouvements étranges dans le vide devant lui, canalysant sa concentration avec un professionalisme mêlé de plaisir, le sorcier se mit bientôt à voir des vagues dans l'eau et dans l'air. Les esprits... L'endroit en était riche ! Des tonnes d'esprits bénéfiques et généreux, ne suffisait pour l'animiste que de les écouter avec attention. Les lumières scintillantes voletant doucement dans l'air autour de Watoo commencèrent à changer de teinte, devenant moins brillantes mais plus vives, virant du blanc au bleu mystique. Fermant les yeux, Watoo était en synergie avec cet endroit. Une vague de bien être, le sorcier vodoo s'immobilisa soudain, l'air serein, en position de méditation. Son corps astral s'échappa de la barrière physique, et bientôt elle se mit à rôder plus bas vers la plaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klovic
Invité



MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Jeu 2 Nov - 17:31

Essayez donc de suivre un minuscule serpents qui voyage trop vite pour vous dans une fôrêt assez dense pour ne pas voir cinq mètre devant vous sans compter les arbres traites qui vous font des crocs-en-jambes avec leurs racines déterrés juste assez pour vous faire trébucher. Klovic réalisa que c'était très désagréable quand il tomba face contre terre pour la première fois. Parmis l'herbe et la terre noire, son visage s'écrasa sur le sol en laissant échapper quelques gouttes de sangs sortit d'une petite entaille sur la lèvre inférieur. L'Oracle resta là, quelques instants, avant de se faire déranger par un sifflement stressant : le serpent l'attandait à trois ou quatres pieds de là. Alors il releva avec peine puis continua sa route, mais cette fois, en marchant. " Au diable le serpent... " se dit-il... Mais Klovic remarqua que celui-ci n'allait pas beaucoup plus vite que lui... Il soupira et continua de suivre ce vert brunâtre qui se faufilait entres les racines et les troncs d'arbres. " Ça ne t'arrive jamais de passer par une route, ou un sentier? " mais il paralit seul, le serpent était créé par il ne sait quelle force et il ignorait complètement l'Oracle, sauf s'il arrêtait de le suivre...

Après quelques minutes de marches, une pensée frappa violament Klovic... Qu'est ce qu'il était en train de faire? Il venait d'abandonner une quête pour suivre un serpent en écoutant le vent... Est-ce lâche? Sûrement pas, il suivait son instinct... * Mais j'espère que ça vaut la peine... * Puis il appercevit la lumière du soleil, à une dizaine de mètres devant lui : une clairière. Le son calme d'un ruisseau se fit entendre... Il était revenu au point de départ : Le ruisseau où il avait rêver... à Théodorique... * Faudrait le rencontrer un jour... * pensa-t-il en ricannant. Puis il mit le pied hors de la forêt...

L'Oracle garda sont calme, avec misère, car il voyait quelque chose qu'il ne devrait pas voir : Un sorcier voodoo, assis, les jambes croisées, devant le ruisseau : C'était Watoo. Alors Klovic fit quelques pas en direction de son vieil ami et s'arrêta net. Le chaman était en train de méditer. Puis la chose couleur terre, le serpent, lui passa entre les jambes et alla entrer dans la terre juste à côté du sorcier. * Alors c'était lui... * Il se racla la gorge et commença a parler...

- Allez vous donc toujours m'épater de la sorte, Watoo? Mais sérieusement, comment vous faites? Je vous ai vu, mort, devant moi, et vous êtes revenu, après avoir infiltrer mes rêves. Je suis là, comme vous l'avez demandé...
Revenir en haut Aller en bas
Watoo
Sorcier(ère)
Sorcier(ère)
avatar

Nombre de messages : 298
Age : 1012
Date d'inscription : 13/04/2006

MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Jeu 2 Nov - 20:40

Watoo arbora un large, un très large sourire agrémenté de dents. Il était fier de son coup, le petit Watoo. Toujours en position de méditation, le sorcier leva sa voix grave et mystérieuse vers son ancien comparse, sans même relever les yeux. Il le sentait, cet homme était fort et avait une grande mission à accomplir. en plus, il connaissait son nom alors qu'ils ne s'étaient jamais parlé... Enfin... le sorcier ne se souvenait plus de cela, car il était bel et bien mort l'autre jour dans cette grotte.
- Esprit de la terre, toi déjà savoir comme ta mission être grande.

Le sorcier se leva enfin de toute sa grandeur, théâtral, ses breloques claquants et ses vêtements déchirés lui donnant l'apparence d'un épouvantail animé, terrifiant. Ses doigts arachnéens ondulaient comme pour canalyser l'énergie, alors que le chaman s'approcha, tel un fantôme, de l'Oracle de la terre...
- Bourgeons donner vie... Mais eux avoir besoin d'air et d'eau. Eux avoir besoin de lumière !!!
Watoo leva enfin son regard fou et l'enfonça comme une lance d'arçon dans celui de Klovic, lui perçant la tête de bord en bord. Dans son visage, on voyant l'entrain, non.. l'euphorie de l'homme-médecine, l'euphorie d'entreprendre une mission pour rétablir l'équilibre ! Et dans ses traits, on voyait bien que Klovic aurait du le comprendre, selon lui...

Watoo commença à bondir de joie, répendant un rire apocalyptique autour de lui. Ecstatique, le sorcier fouilla dans l'une de ses nombreuses poches et en sortit une poignée de sable.
- Les éléments doivent se réunir, esprit du sol...
L'énigmatique personnage lança alors le contenu de sa main haut dans les airs... Le sable ne retomba pas... il s'envola, vers l'ouest... Watoo reposa son regard dingue sur Klovic, lui souriant de toute ses dents, visiblement excité comme un gamin malicieux.
- Destin être tracé, à l'ouest. Toi être gardien de la graine originelle. Mais aujourd'hui, nous devoir chercher les autres, et les réunir. Protéger contre le Mal, et détruire le Mal.

Salimane ne reconnaissait pas son ami. Pour lui, Klovic était l'esprit de la terre qu'il avait apperçu dans un rêve. Et il le sentait, leur destin étaient liés... Watoo ne prit pas plus de temps aux retrouvailles, et bondit, souple comme un félin, sur un minuscule sentier dans la forêt, se retournant un instant pour lancer ;
- Toi me suivre ! Destin pas attendre !
Et le shaman s'engouffra à toute vitesse dans la luxuriante forêt, s'arrêtant à peine parfois juste pour laisser le temps à "l'esprit de la terre" de le rattraper. L'aventure continue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klovic
Invité



MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   Sam 16 Déc - 22:38

Suivre le chaman n'était pas chose facile : c'était même pire que de suivre le serpent verdâtre. Plusieurs minutes passèrent et soudainement, le chaman disparut, devant ses yeux. Plus rien! Il le chercha des yeux un instant mais il ne trouva rien. Il se mit à l'appeller, mais il n'eu pas de réponse. Alors il prit cela pour une mauvaise blague, en lui expliquant qu'il ne trouva pas ça très drôle, mais encore, rien. Il fit quelques pas, inquiet, dans la direction qu'ils avaient prit, mais toujours rien. * Je n'ai pas de temps à perdre ici! S'il veut de moi pour sa mission, qu'il me cherche lui! Moi je m'en vais... * Il s'en alla alors vers la partie de la fôret la plus claire, signe que la limite du bois s'arrêtait là.

Après quelques dizaines de minutes plus tard, il arriva hors de la forêt. Il secoua ses pantalons poussiéreux. Maintenant, il n'Avait rien à faire, seulement rôder, comme il le faisait si bien. Non! Pas question! Il devait remplir sa mission, qui était de trouver Kanbonverka... Mais de quoi parlait le chaman... que devait-il rencontrer à l'est? Il n'en avait aucune idée, mais il ne pouvait plus accomplir cette tâche, sans son guide, qui lavait quitté lâchement... Klovic regarda autour de lui... remarqua des odeurs familière... mais étrange... que pouvait-t-il se passer... Non... ça ne se peut pas... Théodoric était vivant. L'Oracle le savait, il le sentait...

Après ce sentiment étrange, il marcha vers le nord, espérant trouver la ville, et d'éviter de rencontrer Théodoric, de peur... de crainte... Il marcha encore jusqu'à retrouver... l'orée d'une forêt...

Il ne le voulait pas, mais il y alla quand même, dans ce bois inconnue. Il avança, sans le vouloir, il DEVAIT y aller. Ce qui lui permit de refaire contacte avec les arbres, quelques frênes, des jeunes frênes. Ils se parlaient, dans leur langue. Puis les animaux, qui suivait Klovic chuchotaient à leur tour.

- Pas nécessaire de vous cacher, maitre renard...
- Voyons donc, humain, je ne me cachait point! Je vous observait discrètement, ne voyez vous pas la différence?
- Aucunement, et j'ai raison. Que voulez-vous au juste?


Klovic lui parlait, à ce renard, continuant à marcher vers le nord...

- Vous informer, Oracle. Nous vous devons protection et service, vous êtes le maitre de la Terre, n'est-ce pas?
- En effet, et que voulez vous me dire, alors?
- La présence de personnes louche, au nord, juste où vous vous dirigez. Surtout un. Il est mauvais...
- Théodoric... chuchota alors Klovic... Je vous en remercie, renard.
[/b]

Alors il se dirigea où il devait aller. Le devoir demandait que Klovic Kosak allait voir Théodoric. Sûrement une question de protection... Alors il allait y aller. Le combatre peut-être...

( Suite : Une forêt, aux abords du chateau... )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bord de cours d'eau quelquonque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au bord de cours d'eau quelquonque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Un certain bord de mer...
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 éléments :: Continent de la terre :: Mynorie-
Sauter vers: