AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Itzalina
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 512
Age : 32
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 13:32

Itza s'adressa à Lyse qui lui proposait de la tarte....

Elle répondit sur un ton lègèrement gourmand.... Ce n'était pas dans ses habitudes mais, celà faisait si longtemps qu'elle ne se nourrissait que de fruit racines ou viande...


"Ce serait avec plaisir patronne! J'en prendrais même deux part...."

A une table proche, une jeune fille éclata en sanglot... Itza hésita à aller la voir mais, un jeune homme était déjà à ses côté et, de plus, l'elfe n'aimat pas beaucoup à se méler des affaires des autres... Souvent, le remède était pire que le mal.

Elle attendit la réponse des deux hommes de la tablé lui faisant face.
Ils avaient tous deux un air étrange et l'intrigaient fortement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/
Berganon
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 206
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 15:32

-Et une deuxieme bière de Rhydderch! puis il posa son regard sur l'élégante elfe qui demandait à s'asseoir à leur table. Je n'y vois aucune objection, je vous en prie.

Il tendit la main en direction du siège à sa gauche, Torak ayant pris le seul tabouret de l'autre côté de la table.

-Merci bien Torak, mais vous me flattez, je ne suis pas si "grand" que sa. Mais vous défendez une juste cause, c'est un début. Dites moi les personnes que j'ai cités, c'étaient vos parents?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torak
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 15:46

-Salut à vous, déclara Torak lorsque l'elfe s'assit à leur table. Puis il but une gorgée de bière de Rhydderch et reprit alors sa conversation avec le monarque, même si l'elfe les entendaient, après tout ce qu'il allait dire n'était pas d'une importance capitale:

-Oui, Berganon, les personnes que vous avez citées sont bien mes parents. Je les ai perdus à l'âge de sept ans, tués par des assassins. Ils m'ont d'ailleurs laissés, indirectement, un petit..."cadeau"...lors de leur visite.

Torak enleva sa capuche, laissant apparaitre sa longue chevelure dorée qui tentait de recouvrir le masque noire qui cachait la partie gauche de son visage. Après quelques instant, Torak remit alors sa capuche et attendit, patiemment.


Dernière édition par le Mer 1 Nov - 9:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xanya
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 26
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: taverne   Lun 30 Oct - 17:51

Xanya n'arrivait pas a dormir... Elle ne pensait qu'a ce qui venait de se passer... Pourquoi c'était elle jeter dans les bras d'un pur étranger et pourquoi celui la alors que la place était pleine... Elle ne savait plus quoi penser. Elle pensa donc a sa vie . Mais au bout d'un moment elle ne le supporta plus. Elle voulait partir maintenant et voir Yuneo donc elle redescendit en-bas, mais ne vu aucune trace du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.--savethelast-kiwi.piczo.com
Yuneo
Invité



MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 17:58

Yuneo était en sueur il venait de faire un rêve etrange.Il descendit pour se changer les idées et vit la jeune fille d'hier soir, il alla la voir et lui dit:

- Bonjour, bien dormi?Que faisez vous de si bon matin debout vous voulez deja partir?
Yuneo attendait la reponse de la jeune femme.C rêve etait si compliquer il ne savait pas quoi faire devait t'il en parler peut importe...
Revenir en haut Aller en bas
Xanya
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 26
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Taverne   Lun 30 Oct - 18:08

Pour réponse a Yuneo elle répondit:

-Peut importe je partirais lorsque vous le désirez.
*Même si tout ce que je veux c'est partir le plus vite possible.*
-Faites moi donc signe lorsque vous voudrez partir.
Elle sourit et le regarda tout en restant ainsi un moment. Puis en attenda sa réponse elle se dirigea vers l'elfe a chevelure doré et qui portait une capuche.
-Bonjour vous! Connaisser vous bien ce garçon Yuneo...? J'ai fait une folle de moi en allant accepter de partir avec un étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.--savethelast-kiwi.piczo.com
Itzalina
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 512
Age : 32
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 18:41

Itza s'assit donc à la gauche du voyageur de la veille.....

"Merci beaucoup pour la bière....."
L'elfe hésita. Elle ignorait comment appeler l'homme à forte carrure qui se tenait à sa droite. Seigneur? Paladin? Messire? ou tout simplement monsieur?

Finalement, elle ne se tut espérant toutefois ne pas trop froisser l'homme.... Cela faisait si longtemps qu'elle ne s'était plus jointe à la civilisation qu'elle en avait un peu oublié les manières...
De plus, le paladin ne semblais pas vouloir être reconnu.
L'appeler seigneur risquerait d'attirer l'attention ce qu'il semblait vouloir éviter....

"Je vous offre de la tarte messieurs?" Demanda l'elfe en souriant...

Puis la conversation des deux hommes s'assombrit.... Itza n'osait pas trop parler mais, elle eut un hochement de tête et son regard se fit triste et sombre lorsque Celui qui se nommait Torak dit avoir perdu ses parents.
L'elfe aux yeux noir savait ce que cela signifiait puisqu'elle était aussi passé par cette épreuve....
Elle ne put s'empêcher pourtant de noter que Torak avait appelé le paladin « Berganon... »
Ce nom ne lui était pas inconnu et elle réfléchit afin de savoir où elle l'avait déjà entendu...

Son expression se fit alors surprise. L'homme à sa droite n'était autre que le seigneur du royaume de la Terre!
Elle la dissimula au plus vite en buvant une gorgée de bière Rhydderchie.

Puis Torak découvrit la partie gauche de son visage. Celle-ci était masquée... L'homme avait probablement dû comme elle recevoir des cicatrices dans son malheur passé. Elle pensa à ses cicatrice de brûlures dans le dos et à l'épaule...
Elle attendit de voir comment évoluerait la conversation avant de lancer une parole...
Son regard était redevenu impénétrable et, elle espéra ne pas trop ennuyer ses interlocuteur par son silence…. Elle n’avait jamais été très bavarde et, les longues années qu’elle avait passé en forêt ne l’avait pas aidée à le devenir davantage


Dernière édition par le Mar 31 Oct - 3:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/
Pheolir
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 20:20

Phéolir regarda d'un regard peu curieux le petit groupe qui se rassemblait autour du paladin tout en réclammant de nouveau une bière et un peu d'herbe à pipe à la patronne. Il voyait au haut de l'étagère du bar, un tonnelet sur lequel était apposée une équiquette marquée de simbôles voyant dire en gros: "Herbe de Felgu, Pays de Nekil". Voyant le peu d'intérêt que la barman lui accordait, il finit le peu d'herbe qui lui restait encore dans sa pipe, profitant de chaque bouffé.

Nombre de chose se déroulaient dans la taverne, mais un viel homme au fond de la pièce attira son attention. Il était seul dans un coin éloigner de la pièce, et éclairé uniquement d'une petite bougie presque inexistante qui semblait s'accrocher à la vie, comme un soleil mourrant à la fin d'une longue journée d'été. L'homme ne paraissait point plus éveillé qu'ivre, mais le rôdeur prit la chance de s'en approcher pour voir s'il allait bien. Il se mit donc sur pied et avança d'une cadance lente vers le coin sombre où le vieillard se tenait. Le viel homme ne bougea pas d'un milimètre lorsque Phéolir prit place à sa table sans demander de permission.


-Monsieur? Poussa le rôdeur légèrement septique sur le bien fondé de cet intervantion.

-Euh? se fut là le seuls mot qui sortirent de sa bouche si l'on peu appeler cela un mot.

-Vous êtes sûr qu...

Le vieillard se leva et partit, en zigzagant, vers la sortie d'où il fit quérir son cheval avant de partir en direction sud. L'homme resta seul, assit à la table sombre, dans l'attente de sa commende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berganon
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 206
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Lun 30 Oct - 20:51

-Non, merci, mais je crois plutôt que c'est moi qui serait en mesure de vous l'offrir.

Il eut un sourire franc, cette elfe discrète avait l'air de se ficher du statut de Berganon, et cela le réconfortait. Même si dans certains moments la notoriété dont il jouissait pouvait être utile. Mais il lui sembla que cette femme porta bien vite la bière à ses lèvres.
Puis une jeune femme (fille?) aborda Torak, elle était toute excitée et confuse.


-Aaah la jeunesse, c'est probablement la beautée de ce jeune homme qui vous à décidé, mais prenez garde, les apparences sont parfois trompeuses, je l'ai appris à mes dépens.

Il porta machinalement la main à son bras gauche, il n'y pensait plus mais ce bras était noir de cendre et strié de veines d'or comme des rivières de feu parcourant les pentes d'un volcan.
Sa y est, il se souvenait, il portait un gantelet de cuir et un vetement long donc cette blessure n'était pas visible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zin
Invité



MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mar 31 Oct - 5:34

Zin vit la jeune fille qui était monté redescendre une ou deux heures apres, ensuite ce fut le tour du jeune homme.
Un petit groupe parlait à coté.
A l'autre bout de la piece, elle vit un homme qu'elle n'avait pas remarqué auparavant se diriger vers une table ou était assis un vieil homme.
Il lui posa deux questions, et le viel homme, qui avait visiblement tro bu, partit aussitot.

* Décidement, il y a de l'agitation ici *
Elle aimait bien l'endroit, d'ailleurs elle preferait réflechir au milieu du bruit. Elle redemanda une biere.
Aujourd'hui, il fallait qu'elle se décide sur le chemin a prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Yuneo
Invité



MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mar 31 Oct - 6:09

Yuneo en entendant la reponse de Xanya lui dit:

- d'accord je vais cherche mes affaires et me preparer.
Il monta l'escalier alla dans sa chambre et prit ses couteaux, sa dague et ses quelques affaires restantes.Il redescendit et partit voir Xanya:

- Voila moi je suis prêt, verifiez si vous n'avez rien oubliée.Je vous attends dehors.
Sur ce Yuneo alla voir Lyse et lui dit:

- Merci encore pour cette accueille, pour la chambre, la nourriture et la biere, en esperant de se revoir.
Il passa au milieu de la pièce et dit a peu près quelques "au revoir" et s'adressa a Berganon:

-Au revoir Monsieur Berganon même si je sais qu'on se reverra surement bientôt.Il fit un geste de gratitude envers les gens haut placés.
Il fit un sourire et poussa la porte.
Le demi-elfe attendait Xanya dehors, il savait que le chemin serait assez long et puis il fallait coupé a travers forêt se qui est peu prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Torak
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mar 31 Oct - 7:26

Torak se tourna alors vers la fille qui l'avais abordé:

-Je suis désolé mais je ne connais pas Yuneo, mais vous savez, il a l'air d'un homme bien et bon...

Le dénommé Yuneo s'approcha de la table où se trouvait le groupe, parlat à la jeune fille, lançat un "au revoir" poli à Berganon puis partit dehors.

Torak regarda le jeune demi-elfe. Plus il le regardais, plus il se rapelais de lui au même âge. Il lui ressemblais vraiment beaucoups.
Enfin, il sourit à la jeune fille en signe d'au revoir et but une gorgée de bière. Puis il se tourna vers le roi et l'elfe qui proposait une part de tarte, il lui répondit, souriant :
-Ce sera avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyse Öol
Invité



MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mar 31 Oct - 9:45

Lyse apporta les tartes au paladin et a ses invités.
"Et voilà pour ces messieur-dames! Elles ont un peu refroidis, mais elles sont encore chaudes a l'interieur!"
Puis, elle regarda autour d'elle. Le matin se levait, les voyageurs de la nuit commencaient a partir, le calme revenait peut a peu dans la taverne...
Lyse sourit, bailla, puis se dirigea vers une grande fenêtre a côté de la porte pour aérer la pièce qui commencait a sentir franchement l'alcool et le renfermé...
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 4:18

[<---- Wilwarin, Clairière]

Des yeux inlassablement mornes se lèvent vers une habitation. Yeux fatigués, rougis par le sang et la fatigue... plus de 40 ans... sans pouvoir domrir une seule nuit... une seule heure.. une minute. Une seconde. Et à entendre cette voix ! Ces murmures démoniaques, dans cette langue abjecte et incompréhensible, sur un ton si terrible que nul vivant ne peut l'imaginer. Où est-elle mon âme, celle que pendant une moitié de vie d'homme j'ai élevée et entretenue ? Où est-elle cette essence de vie, celle qui me fesait savourer la sensation du vent sur la peau, le goût de l'alcool, le son d'une voix et les contes merveilleux à propos de grands héro ? Où est cette gloire ? Où est ma vie... Où est ma vie... Où est ma...

- ... vie.

Le géant murmure doucement dans un râle qui n'a presque plus rien d'humain. Vêtu de rien de plus que d'un pagne fait en capes d'elfes, portant une énorme épée dérobé au cadavre refroidit (mais qu'y fut incinéré par après xD) du pauvre Arkanne, Théodoric s'enfonça nonchalament dans le petit établissement. Ses deux mètres, son torse nu et son regard rouge enfer le trahirent dès son premier pas dans le bâtiment. Il avait fait erreur, ce n'était pas une habitation ; c'était une taverne. Des gens, un peu partout, venant de partout, du petit voyageur au grand seigneur. Bref, cet endroit était populaire au sein des voyageurs et héros en tout genre.

La main gigantesque de Théodoric Stahlfaust s'ouvrit d'elle même ; la voix de la créature tapie dans son corps lui chuchottait... lui hurlait dans cette langue monstrueuse un message très clair ; massacre les tous. Massacres les jusqu'au dernier. Détruis le noble pour lui rappeler sa place, détruis le pauvre pour éradiquer sa faiblesse, viole les femmes pour montrer ta force, détruit tout, bois, fer et os. Fais couler le sang et déchire la chair... Fais payer à ces prétentieux le fait de porter une âme qui t'as étée enlevée. L'homme s sent zyeuté, mais s'en fiche complètement. En ce moment, il semble dans les vapes comme un véritable petit fumeur d'opium. Mouvements au ralenti, et bientôt derrière lui les pas de course de Némésis qui le rattrape enfin...

Théo regarde les gens, et n'arrive pas à les voir. Déjà, sa nouvelle motivation à atteindre son objectif final arrive à l'epêcher de tout massacrer sur son chemin, à défier le démon avide de carnage et de démence. Théo attendit donc là, immobile, étrange dans ce décors d'ivresse et d'euphorie, colosse à moitié nu, platonique et irradiant une nevrose tangible aux yeux des plus bêtes. Il attendait que sa guide lui dise quoi faire. Lui n'y arrivait pas. La seule option était celle des poings et de la lame. Les paupières du géant tremblèrent comme les ailes d'un papillon, lui donnant un air complètement psychopathe. Et ils se fermèrent, laissant doucement le moral céder, flancher comme un vulgaire fétu de paille. Toutes ces voix, si normales et pourtant si apocalyptiques pour l'esprit décharné du guerrier possédé...

Sa main se posa sur la poignée de l'immense épée. Dans cette foule, il avait reconnue une allure. Ou bien deux... qu'importe... Et le moral... se brise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itzalina
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 512
Age : 32
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 5:32

Les yeux d'Itzalina s'emplirent de terreur à l'arrivé du géant dans la taverne....
Théodoric.... Encore.... la poursuivait-il? Pourquoi ne cessait-elle ainsi de croiser son chemin?

Elle se leva brusquement de sa chaise....
Ses mains tremblantes ne se portèrent même pas à ses armes.
Elle savait que le poison ni le fer ne pouvait attendre Théo.

Elle eut un sourire étrange sous son masque de terreur…. "Théo".... Dans une langue très ancienne cela voulais dire Dieu.... Or, cet homme.... Non, ce n'était pas un homme... Cette chose était tout sauf un dieux....
Un dieux fait des actions utiles... Ou au moins qui ont un sens.... Lui ne pensait qu'à tout détruire sur son passage... Sans raisons... Massacrant aussi bien l'innocent que le mauvais. L'enfant que le vieux....

Tout en le regardant, incapable de faire le moindre mouvement mais l'air toujours aussi terrorisé, l'elfe eut la vision fugitive de Cairn, de l'enfant aveugle que le monstre avait enlevé, de l'ange qui avait essayé de l'aider quand avec Nemesis et Ming, lors de sa deuxième rencontre avec le monstre elle avait tenté encore une fois de le combattre.
Trois morts…. Et, probablement une très infime partie de ceux que Théodoric avait massacré!

Elle reconnu les capes à la taille du monstre. C'était celles-la même qu'elle et Ming lui avait fourni lorsqu'ils leur était apparu si démuni, qu'il avait semblé si faible et même blessé!
Blessé! Lui! L’étrange sourit réapparu.
Non, rien ne pouvait le blesser… Elle avait déjà essayé…. A trois reprises. Ou n’était-ce que deux?
Il lui fut impossible de s’en souvenir. Arkanne aussi avait déjà essayé. Et Cairn, et Némésis, et Ming, et Shendin…… Et bien d’autres encore dont elle ignorait le nom….

Itzalina frissonnait à présent. Pourtant, elle était loin d'être couarde! Mais, cette chose la terrorisait au plus profond de son être car, il était impossible pour elle de la comprendre et probablement impossible à quiconque de l’atteindre dans sa chair…

L'elfe voulut crier pour prévenir les occupant de la taverne de la dangerosité du géant mais, aucun son ne sortit de sa bouche. Alors, son regard vagabonda sur les clients. Il y avait là beaucoup de monde... Jeunes, vieux, voyageur.....
Combien d'entre eux périraient-ils encore ce soir? Combien d'entre eux anteraient-il encore ses pensée car, elle n'avait pas pu les aider?
Elle fit tous les efforts possibles pour ce resaisir mais n'y parvient pas.... Son regard resta fixé sur le monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/
Xanya
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 26
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Taverne   Mer 1 Nov - 8:26

Tout ce qui restait a faire pour Xanya c'était de sortir d'ici.
Elle salua poliment tout les clients de la taverne et Lyse puis sortit. Lorsque le vent de l'extérieur fit virevoleter ces cheveux elle eu une vagu d'encouragement mais aussi quelque chose qui semblait être de la peur. *C'est drôle de ces temps si je ne suis jamais sûre de mes émotions...* Elle essaya de sonder Yuneo mais ne capta rien.
-Par ou allons nous commencer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.--savethelast-kiwi.piczo.com
Berganon
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 206
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 9:49

Le paladin saisit fermement le poignet d'Itzalina et la forca à sa rasseoir. Il vida sa pipe, le regard méfiant, il la rengea dans une poche interieure et s'étendit. Il contemplait le géant puis il regardait Torak qui visiblement n'osait pas se tourner vers lui.

*Torak, soyet pret à tirer votre arme, mais ne faites aucun geste brusque, j'ai une mauvaise impression.*

Allait il utiliser ses pouvoirs? Non, ce n'était pas la bonne question, la véritable question était: allait il etre contraint d'utiliser ses pouvoirs pour sauver quelqu'un, où sa propre vie? Ses inquiétudes étaient grandes, cet homme ne portait pas d'arlure, mais il y avait dans ses yeux une lueur étrange, et le monarque paladin savait que cela ne se jouerait pas en quelques passes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuneo
Invité



MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 10:18

Yuneo vit Xanya sortirent il lui dit :

- euh... il faudrait se diriger vers la forêt mais vous ne sentez rien cette être qui vient de rentrer dans la taverne il... j'ai un mauvais pressentiment pas vous?Il mesure 2m et ses yeux sont rouge sang comme les enfers.Je pense qu'on devrait rester la un peu on pourrait peut être aider quelqun.
Ce silence et ce géant rouge Yuneo avait ce souvenir qui le hantait et se rêve qui montrait un géant massacré tout les gens de la taverne.Il devait agir et vite.

- Xanya ce monstre vous inspirent confiance?J'espere que sa vous embete pas d'attendre mais...
Et puis Yuneo entendit ce silence dans la taverne c'etait un mauvais signe.Devait il entrer, se battre ou s'enfuir non il avait deja fuit une fois pas deux.Et puis laisserait t-il mourrir autant de monde si gentil et généreux et en plus le roi non il ne pouvait pas.Yuneo etait vraiment très mal a l'aise il s'avança devant la porte et resta figé de cette vision de méchanceter.
Revenir en haut Aller en bas
Itzalina
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Féminin
Nombre de messages : 512
Age : 32
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 16:43

Itzalina n'eut ni la force ni la volonté de resister au paladin lorsqu'il la fit s'asseoire....

Après un nouveau moment de silence, lorsqu'elle l'entendit parler de tirer les armes, elle réussi à chuchotter au roi d'une voix caverneuse:


"Le fer est innutile contre ce monstre.... C'est un démon avec.... la force d'un dieux.... je l'ai combattu à deux reprise et les deux fois, des gens sont mort après avoir combattu courageusement..... et, sans même parvenir à le blesser. Je ne sais même plus comment j'ai pu lui survivre... il massacre tout le monde jusqu'à ce que le jeu le lasse.... Tuer, violer, détruire.... tout celà n'est qu'un jeu pour lui....
Non pas un jeu...... il fait celà sans raison et comme mécaniquement.....
Il ne craint nis l'épée ni les flèches ni même le poison.... J'ai déjà essayé ainsi que d'autres...."


Elle se révellait un peu au Paladin. Son passé n'avait plus aucune importance et elle ne pensait même plus à cacher ses secrets....

Elle était terrorisée bien que celà ne lui soit plus jamais arrivée depuis la nuit fatidique ou elle avait perdu les siens et vu sa famille se faire massacrer sous ses yeux.
Et encore, les gens qui avaient fait celà étaient humains eux.... Il avaient une âme.... Si de telles personnes étaient capables d'horreurs de ce genre, jusqu'où pouvait aller Théo?....

Elle se tassa un peu plus sur sa chaise mais cessa enfin de trembler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumearnestil.lightbb.com/
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 17:38

Le souffle brûlant et rauque du colosse retenti sans vergogne, comme un écho morbide dans la taverne, ne se rendant pas compte que cela rendait de plus en plus nerveux les clients tout près. Deux individus passèrent près de lui, incertains, et attendirent dehors voir ce qui suivrait. L'épée commença à se dégainer... Et se rangea dès que le son des pas de Némésis parvinrent à sa tête, ses pas tout près d'elle. Sa guide. Le monstre tourna doucement la tête vers la femme, attendant qu'elle lui indique quoi faire. Ici, sans instruction, tout ce qui lui restait à faire était de frapper ces visages plus ou moins connu, ces impressions de déjà vu, ces faces que son esprit confu ne pouvait même associer...

Théodoric était l'instrument du mal, mais le peu de coeur qui lui restait n'avait aucune intention de troubler encore plus cette innocente populace. Et pourtant, Baal-Peor hurlait et hurlait, un murmure odieux et incessant, une littanie horrible, lui fesant perdre son souffle et divaguer encore plus dans son petit monde infernal. Les yeux las, mi-clos se portèrent vers Itzalina et Berganon. Imposant sur eu cet implacable et pesant malaise, il n'y avait aucune menace dans ce regard ; il avait mené un combat épique devant la porte de ce noble qu'il ne connaissait en rien. Il avait représenté le Mal dans le combat ultime contre l'ange purificateur, là où il avait plongé dans l'abyme, où la flamme avait consumée sa chair et fondu son armure... Et il n'y avait trouvé aucune fin. Juste une nouvelle suite, un pieu qui se plante dans le dernier et infime espoir d'une âme perdue. L'autre, par deux fois il l'avait croisé déjà, et toujours il ne pouvait replacer son visage. Il l'avait déjà vu quelque part, surement, pensait-il. Et c'était tout. Incapable de lire les expressions de visage, brisé par la lassitude et la démence d'un autre...

Le géant ne pesa pas le ton de sa voix lorsqu'il demanda, grave et sévère comme un ouragan près à se déchaîner ;
- Guide, tu dois me mener jusqu'à elles. Dis moi quoi faire, et aide moi à trouver la clé de ma pénitence... Trouve pour moi, où elles se cachent...
Le monstre resta droit, immense, dans les vapes, alors que sur son torse la blessure reçu par l'ange réapparaissait peu à peu, bleuâtre teintée de noir. Devant ce constat, Théodoric fronça les sourcils. Ses sens détectaient quelque chose que le démon ne pouvait supporter, qui irritait son être entier et contribuait à faire réapparaître la marque bénie ; un paladin était dans les parages. Cette fois, c'était sans équivoque, Théo toisait la salle comme un prédateur près au massacre, mais cette fois d'un oeil absolument sélectif. Où était-il, ce serviteur de la pure lumière ? Où était-il, que se déchaîne sur lui le Fléau du Jour !? Théo attendit que sa guide lui réponde, ou que son regard ne trouve sa proie, selon ce qui adviendrait en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pheolir
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
Voyageur(e)/vagabond(e) du Mal
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 28
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 18:18

Les yeux du rôdeur se portèrent sur le colosse qui venait de faire son entré dans la taverne, semblant attirer la peur des quelques occupant n'ayant pas fuient discrètement.

Lui même était peu à peu envahit de ce qu'on aurait pu qualifier de peur, mais pas celle que les occupant de la pièce ressentaient. Une peur beaucoup plus profonde que cela, comme s'il voyait à travers la chair de l'étranger et qu'il y voyait quelques choses de malsain et qu'il fut poussé, par un réflexe inné, à craindre sa présence. En même temps il savait que s'il tentait quelque chose il prendrait les mesures nécessaires. Soudain, les pensées se bousculèrent dans sa tête.


*Si je prend les armes, je devrai me montrer. Mais, si je me montre pas peu y aura-t-il des blessés ou des morts. D'un autre côté, la dernière fois mon apparence m'as apportée plus de mal que de bien. Ces elfes m'ont pourchassés pendant des jours. Non! pas question, je dois défendre ceux qui ne peuvent le faire.*

Pheolir porta la main à son bâton qui se trouvait dans son dos et descendit l'objet jusqu'au dessous de son bras où il fut facile de le sortir avec rapidité, puis il adressa au paladin un signe de tête, signe qu'il le joindrait en cas de nécessité. De son regard il observait chaques geste, des plus simples au plus complexe, du colosse, dans l'attente de la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lusina
Titan de la Terre
Titan de la Terre
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 20:50

- Oui, mon cadeau, insista la titane en fixant "Yuyu" de ses yeux couleur de lierre, comme pour dissiper ses doutes.

Il lui demanda ce qu'elle ferait le lendemain, et elle répondit, évasive, avec un geste de la main.

- Et bien, je vais poursuivre ma route. Tu vas par où toi ?

Derrière eux, deux hommes encapuchonnés conversaient, et Lusina nota les noms qu'elle entendait. Torak Heimdall et Kertan'Tras Berganon. Des jeunes filles d'à-côté, l'une venait de la forêt, mais le souvenir des sous-bois devait réveiller de profondes douleurs, vu qu'elle éclata en sanglots. L'elfe qui était déjà là à son entrée s'approcha des deux hommes masqués, et, comme elle lorgnait sur les tartes que la tavernière centaure avait apportées, une autre jeune fille lui en apporta une après s'être servie. Lusina suivit un instant la fille aux cheveux et aux yeux vert pâle. Elle se sentait proche d'elle sans qu'elle put dire pourquoi. Peut-être, si elle avait su reconnaître la race des dryades et quelles étaient leurs particularités, aurait-elle compris ce lien qui l'unissait, mais elle était trop ignorante des différentes races qui peuplaient les 5 continents pour en avoir la plus petite idée. "Yuyu" tâchait de consoler l'autre fille, et la titane reporta son regard sur eux. Il lui proposait de l'accompagner ? Ah... Au château du roi, donc ? Et bien voilà qui répondait à sa question.

Lusina resta songeuse un instant. Est-ce qu'elle continuait à le suivre ? Et après tout, pourquoi pas ? Elle n'eut pas le temps de proposer de les accompagner que les deux jeunes gens [Yuneo et Xanya] étaient montés se coucher. Derrière, l'homme avait demandé de quelles choses étranges "Yuyu" avait parlé, et Lusina plongea ses yeux sombres dans les siens. Il "administrait" le château ? Qu'entendait-il exactement par là ? Etait-il intendant, gouverneur, ou même s'agissait-il du roi en personne ? Pour elle qui était restée dans son domaine pendant plusieurs siècles, c'était une question sans réponse. Le nom du roi, elle l'ignorait, les générations avaient passé depuis le dernier qu'elle avait connu. Elle ignorait même le sens du mot "paladin", que l'autre avait utilisé pour le désigner. Elle comprenait vaguement qu'il s'agissait d'un guerrier, mais n'avait aucune idée, une fois encore, des subtilités de ce type de fonction.

Celui qui s'était présenté sous le nom de Torak avait découvert son visage, ou tout au moins, ce qu'il cachait sous sa capuche, vu qu'un imposant masque noir en dissimulait la moitié. Lusina se demanda ce qu'il pouvait bien avoir à cacher ainsi. Encore une blague de Kanbonverka ? A son poignet, le bracelet de lierre qui maintenait la pierre verte de la Déesse de la Terre comme un joyau réagit à sa pensée, un léger bruissement, une fraction de seconde. Il allait falloir qu'elle fasse attention à cela, ou elle risquerait sa vie...

"Yuyu" et sa copine étaient finalement redescendus, l'un après l'autre. Lusina s'était étonnée de la vitesse à laquelle leurs journées - ou leurs nuits - s'écoulaient, pour elle sur qui le temps n'avait plus d'emprise, il ne lui semblait pas qu'il se fut écoulé tant de temps. Dans le coin, Torak, Berganon, et l'elfe avaient été rejoints par la copine de "Yuyu", et Lusina haussa un sourcil en entendant la question de celle-ci. Faire confiance à "Yuyu" (ou Yuneo en fait, maintenant, elle se souviendrait peut-être de son véritable nom) ? Pourquoi, il fallait se méfier ? Il avait accepté le "cadeau" qu'elle lui avait fait, elle ne voyait pas quel problème il pourrait y avoir, il avait l'air de quelqu'un de gentil, et qui aime la nature de surcroît - de quoi séduire la titane, évidemment.

L'autre fille aux cheveux verts semblait observer toute la tavernet, et comme elle, Lusina remarqua l'homme ivre qui s'éloignait après qu'un autre des hôtes de la taverne lui eut adressé la parole. Yuneo en avait profité pour s'éclipser, attendant sa copine à l'extérieur, sans même lui avoir dit au revoir. Ca c'était pas très sympa ! Elle se chargerait de le lui rappeler, tiens ! Elle allait d'ailleurs se lever quand elle se figea. Les arbres, dehors, lui renvoyaient des images d'un géant approchant la taverne. Il était prêt à entrer, et elle se souvenait de la seule fois où elle avait eu affaire à lui par le biais des yeux des autres êtres vivants. Il avait massacré tout âme vivante autour du château, et elle avait sauvé de justesse celui qui l'avait combattu. Que venait-il faire ici ? Assurément rien de bon...

Elle resta un moment immobile, les mains sur la table, à mi-chemin entre la position assise et celle debout, s'attendant au pire dans l'instant suivant. Et pourtant, le géant n'avait pas bougé. Lusina se redressa finalement complètement et croisa le regard de l'elfe auprès de Berganon. Elle semblait terrorisée depuis l'arrivée du géant. Elle avait donc eu affaire à lui déjà ? Elle semblait vouloir crier mais sans parvenir à faire sortir un son de sa gorge. La copine de Yuneo était sortie à son tour, mais c'était le cadet des soucis de Lusina à présent. Il y avait auprès d'elle un être qui abhorrait la vie et faisait tout pour la détruire. Un être qu'elle ne supportait donc pas. Elle poursuivit son mouvement en se dirigeant vers l'elfe [Itzalina]. Berganon l'avait forcée à se rasseoir, et Lusina croisa son regard : il fixait le géant avec une certaine appréhension, une tension palpable. Il était donc prêt à réagir au moindre mouvement du géant...

Comme si son déplacement n'avait pas eu d'importance, Lusina vint se placer derrière Itzalina, et observa à son tour, les réactions du géant. Elle ne comprit pas ce qu'il disait, à qui il s'adressait, mais nota que l'épée était de nouveau dans son fourreau, et que l'homme qui était resté coi quand le vieillard était parti sans vraiment faire attention à lui, avait adressé un signe à Berganon. Lui, il devait être important, vu le respect que tous lui témoignaient. Dans le dos du géant, Lusina vit avec effroi la silhouette de Yuneo réapparaître. Ca n'était pas une bonne idée, vraiment pas.

*Pars*, songea-t-elle, espérant qu'il entendrait la voix de la nature, *c'est trop dangereux ici. Emmène ta copine, et va vers la forêt, les arbres vous protégeront.*

L'avait-il comprise ? Elle n'en avait aucune idée. A ses poignets, ses bracelets de lierre frémissaient légèrement, dans l'attente de ses prochaines demandes. Sur le qui-vive, elle attendait la suite des événements : elle aviserait en fonction, mais savait d'ores et déjà que si elle révélait qui elle était, elle n'aurait plus qu'à retourner dans son antre pour quelques générations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Némésis
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 28
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Mer 1 Nov - 23:13

(H.J. Je m'excuse d'avance pour le court post...)

(<-- Clairière à Wilwarin)

Némésis suivait Théodoric presque en courant. Il marchait d'un pas déterminé et ses grandes jambes le faisaient avancer beaucoup plus rapidement qu'elle le faisait elle-même habituellement. Mais elle avait l'habitude de voyager à un train rapide sur de longues distances et n'était presque pas essouflée lorsqu'elle vit le géant s'engouffrer dans une taverne. Elle l'avait suivi et avait l'intention de lui servir de guide comme il le lui avait demandé. Elle ignorait où était les Déesses et si elles vivaient toujours. En fait, elle les détestait profondément et tout ce qui se rattachait à elles également, mais elle était prête à tout pour aider ce pauvre homme que la vie n'avait pas choyé... Ou plutôt qui n'avait plus de vie.

Quand elle entra à son tour dans la taverne, elle remarqua que plusieurs personnes y étaient tranquillement attablées... Quelques minutes auparavant.. Les gens semblaient maitenant tous préoccupés par la présence de Théo. Elle reconnut Itzalina aux côtés de d'autres personnes qu'elle ne connaissait pas et espéra qu'elle ne tenterait rien contre l'homme possédé. En fait, elle espérait qu'aucun ne sortirait leurs armes, car un terrible massacre était à prévoir dans un tel cas.

- Tu ferais mieux de demeurer à l'extérieur. Je peux me renseigner auprès de ces gens pour trouver les Déesses. Tout repose sur moi à présent...

Elle espérait que la part humaine de Théodoric l'entendrait et que le démon ne referait pas trop surface dans les minutes qui suivraient. Elle promena ensuite son regard sur les gens présents, essayant de désseler qui pourrait l'aider.


Dernière édition par le Ven 3 Nov - 9:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Jeu 2 Nov - 2:45

Les paupières du monstre frémirent. La bête tapie dans sa carcasse reniflait l'odeur d'une vive puissance à affronter, d'un être contre qui mesurer son orgueil de démon majeur. Mais Théodoric, pour sa part, n'avait nulle envis de céder à ces bas instincs, qui ne venaient même pas de lui d'ailleurs. Grand amas de muscle terrifiant et à moitié nu au milieu de la taverne, la marque bleue semblait apparaître de plus en plus sur son torse, devenant presque noire. Et les yeux rouge sang de Théodoric tombèrent sur Berganon, et s'y immobilisèrent. Némésis lui dit quelque chose, mais le géant ne réagit pas, dans les vapes. Ses yeux devinrent noire comme de l'encre... Et l'iris, semblant receller l'ensemble des flammes de l'Enfer, rougeoyait telle une véritable tempête infernale, tel un maelstrom sanglant...

Rapide, sans préavis, le géant fit quelques enjambée et sans douceur planta sa lourde masse juste devant le roi de la terre, se penchant même pour mieux le regarder, fesant fit de tous ces gens terrifiés et mal à l'aise. Aucune expression dans son visage, nulle haine ni dégoût. Non, Théodoric eut été comblé de pouvoir à nouveau se contenter de ce genre de pulsion. Seulement dans son visage une constatation placide n'inspirant aucun bonheur ni aucun sentiment. Aux yeux d'encres du guerrier possédé, l'homme qui se tenait devant lui irradiait une aura blanche, non pas la plus pure, mais bien celle propre aux combattants de la lumière, les ennemis du Fléau, les paladins... Et pourtant, l'idée de le tailler en pièces n'arrivait pas à motiver le démon suffisemment pour manipuler le corps de son pantin ; une force plus grande, immensément plus grande, narguait les sens de Baal-Peor, Archiduc du royaume Infernal de Dyval, et lui enlevait tout intérêt dans l'éradication d'un paladin qui ne bougeait ni n'élevait glorieusement et bêtement son épée de châtiment contre sa personne torturée.

Théodoric se redressa, fiza le plafond et le mur. Cette force était grandiose... Il voulait se battre contre elle mais... Le démon était confu, et du coup il lâchait son emprise sur le corps sans âme du maître d'arme. Toujours dressé devant le petit groupe d'individus comme un manant ne connaissant rien à la bonne manière, Théo retourna la tête vers Némésis, très en retard, comme s'il venait tout juste d'entendre ce qu'elle lui avait dit.
- Sortir dehors ?...
Le géant poussa un souffle rauque et douloureux, alors que du sang ; à moins que ce ne soit de l'encre ; s'écoula de sa blessure qui "décicatrisait", longeant son corps puissant et s'égouttant contre le sol. Théodoric regarda à nouveau l'homme lumineux. Il ne l'attaquait pas... Théodoric refusait de s'en prendre à un homme qui ne prétendait pas des bétises comme de quoi il allait le purifier, le détruire et le faire payer pour son sadisme. Théo n'était pas sadique. Ces gens ne savaient rien.

Toutefois, le géant inexpressif rapprocha à nouveau son visage au dessus de la table, et reconnu enfin Itzalina, lui proposant un agréable semblant de frisson dans la colonne alors que le résidant de sa carcasse s'abbreuvait de sa peur.. de sa détresse... de ses sombres souvenirs... de ce désir de viol... de la peur.. de la peur... Un coup d'oeil de passage vers Lusina, sans que l'homme ni la bête n'arrive le moindrement à la cerner, puis à nouveau vers Berganon, et cette fois, la voix trop grave et trop forte d'un Théodoric blasé à l'extrème retenti calmement... dans presque toute la salle ;
- Même en s'inondant de parfum on ne peut camoufler la pourriture qui nous ronge. Même la plus vive lumière ne saurait cacher les ferveurs les plus secrètes. Dis moi, toi qui sais encore ce que c'est que d'avoir la foi, où puis-je trouver l'ultime rédemption ? Dis moi, toi dont la blafarde clarté est teintée de la marque infecte des Enfers, où sont-elles ?...

Au dernier mot, une infime part de rage, mais aussi de désespoir, apparu dans le ton du colosse. Celui-ci se recula, laissant respirer le petit groupe, puis, comme un ivrogne, regarda autour de lui comme pour comprendre où il se trouvait, et sans attendre même une réponse, l'homme sous le monstre donna toute ses forces pour trimballer sa lourde masse hors du bâtiment, hors de ces gens qu'il voulait éviter de mettre en danger. Et Théodoric Stahlfaust resta planté comme un piquet, debout, à l'extérieur, regardant un joli paysage qui lui semblait être l'apogé du sordide et du terne, comme tout le reste de son existence brisée, somme toute... Même pas un regard pour les gens, Théo voulait les éviter, pour leur bien et celui de son âme, pour ce qu'il en restait...


Dernière édition par le Jeu 2 Nov - 19:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Berganon
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 206
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2006

MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   Jeu 2 Nov - 7:38

Les mots d'Itzalina l'interpellèrent, il avait semé, chaos mort et destruction, il devait le détruire.
Le paladin frémit, il suivait comme il le pouvait les évenements, mais son regard fut attiré par la balafre noircie du géant, puis il sentit quelque chose d'étrange, qui lui rapella le temps pas si ancien que sa, où il avait combattu des démons. Son aura, il sentait son aura lumineuse revenir, même ternie par ses années de royauté, elle donanit encore plus de charisme au paladin.
Il ne prit pas garde à la jeune fille qui se glissa derrière Itzalina, mais une douce chaleur intervint sur son torse. Par réflexe il porta la main à son médaillon qui irradiait, la pierre élémentale réyonnait, il fixa Théodoric, non se ne pouvait etre lui, puis il se tourna vers la récente venue a leur table, et la pierre réyonan de nouveau, d'une couleur verte ambrée. Il plissa les yeux et se retourna, le géant était en face de lui et il lui parlait d'une voix grave et forte. Il ne releva pas les premieres phrases qui sonnaient comme des insultes, mais la dernière en revanche, l'interpella, et il comprit immédiatement, il parlait des déesses.
Puis le géant sortit sa attendre de réponse. Et le paladin se leva, il releva son capuchon, laissant découvrir son visage et la garde de sn épée, il contourna la table et se dirigea avec une détermination farouche vers celle qui semblait etre la guide du géant.


-Alors c'est toi la guide de ce semeur de chaos qui sévit dans mon royaume. Selon le code je devrais le tuer sans attendre, pour toutes les morts qu'il à provoqué et pour éviter qu'il en provoque d'autre, quitte à me sacrifier pour cela. Mais si sa blessure a réaparut en ma présence c'est qu'il n'est pas loin, ou qu'il y à un démon au contrôle. Et j'ai l'impression que c'est l'homme qui LES cherche. Ai-je tort?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)   

Revenir en haut Aller en bas
 
la taverne du chien-qui-aboie (gérante: Lyse Öolflings)
Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le chien qui aboie, ne mord pas.
» Proverbe Chinois : " Si le chien aboie. C'est qu'il n'est pas assez cuit ! "
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» La Taverne du Nain Joyeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 éléments :: Continent de la terre :: Mynorie-
Sauter vers: