AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le village d'Iermus

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Leen
Criminel(-le) de l'Eau
Criminel(-le) de l'Eau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 307
Age : 29
Date d'inscription : 13/01/2006

MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Sam 18 Mar - 15:13

Leen suiva Merenwen, alors qu'elle s'avançait vers l'auberge. Celle-çi se retourna pour l'observer. Elle croisa son regard suspicieux, mais le visage de Leen était maintenant redevenu froid et sans émotions. Pendant le peu de temps où elle avait été sauvée par cette jeune fille, son comportement avait complètement changé, et elle était même parvenue à bavarder un peu avec elle. Mais, après avoir abattu ce pauvre vieillard, sa nature avait repris le dessus. Il était maintenant très peu probable qu'elle discute de nouveau avec Merenwen, lui donnant la possibilité d'en savoir plus sur elle. Non, maintenant c'était trop tard.
Le goût du sang et de la tuerie avait repris sa place habituelle chez Leen. C'était la seule chose qu'elle aimait, et qu'elle pouvait exercer librement, puisque personne n'était innocent dans ce monde infect.


Les bras dans le dos, observant sans ciller le monde qui l'entourait, elle suiva Merenwen dans l'auberge. Une cloche au dessus de la porte indiqua la présence des deux étrangères dans le bâtiment.
Les deux filles s'approchèrent du comptoir. Un homme, surement le patron, plutôt enveloppé s'approcha et demanda:


"-Bonjour, Mesdemoiselles, vous désirez?"

Leen, qui se trouvait toujours derrière Merenwen, la poussa légèrement sur le côté et s'avança en prenant la bourse des mains de la fillette. Son ton glacial ne donnait en aucun cas l'envie de discuter longtemps avec elle.

"-Combien pour une chambre?"

Le patron avait remarqué l'échange furtif de la bourse. Soupesant du regard le poids qui devait s'y trouver, il commença son manège.

"-Tout dépend du prix que vous pourriez débourser. Nos chambres sont de qualités, donc, vu que vous êtes deux...."
Il fit mine de réfléchir " disons... 20 pièces d'or par personne pour une nuit..."

Sur le visage de l'homme, on pouvait discerner un sourire malicieux. Leen eut un mince sourire.

"-..tss, bonjour l'arnaque..."

"-Je vous demande pardon?"
"-Non, je disais juste, bonjour l'arnaque..."
"-Ben bien sûr, ma ptite dame, vous devriez tenir votre langue!" dit-il en pointant son doigt vers le visage de Leen."-...m'oui, bien sûr, bien sûr... Et moi je vous conseillerai d'être un peu plus honnête.."
"-Non mais ho! Vous êtes qui pour me donner des leçons?!"

Leen leva la tête, durant l'échange, ses cheveux cachaient ses yeux et son interlocuteur ne pouvait pas les voir. Lorsqu'elle le regarda, le patron eut un instant de frisson, peu perceptible cependant, mais la rônin l'avait remarqué. Un sourire à glacer le sang se dessina sur son visage, et en un instant, elle avait dégainé son katana pour la deuxième fois de la journée. On pouvait encore observer le sang de sa dernière victime, c'est à dire, celui du veillard à la bourse, sur le tranchant de la lame.
La pointe de l'arme touchait la glotte du patron de l'auberge. Celui çi dégluta difficilement. Leen prit la parole:


"-Ce n'est pas une leçon... Juste un conseil..."

"-Maintenant que vous savez comment je pourrais réagir, vous me la faites à combien cette chambre?"

Le patron recula de quelques pas, lui donnant une marge de survie. Des gouttes de sueur perlaient son front dégarni. Il prit un bout de papier, faisant mine de faire des comptes, et dit, d'une voix mal assurée:

"-euhm...disons 10 pièces? Pour toutes les deux?"
Leen fit bouger son épée.

"-Allons allons, un p'tit effort!"

"-Bien bien, alors 5 pièce d'or pour vous deux, repas compris..."

La rônin rangea son katana, satisfaite. Elle prit alègrement 5 piècettes dans la large bourse et les balanca sur le comptoir. Le patron lui indiqua la chambre avant de déguerpir le plus vite possible.
Leen s'avança et entra dans la chambre, suivit de Merenwen. Elle ne la regarda pas, elle savait qu'elle la jugeait, lui faisant silencieusement son procès. Leen haussa les épaules, et s'allongea avec allègresse sur un des deux lits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merenwen
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Dim 19 Mar - 9:54

Merenwen avait pénétré dans l'auberge et avait regardé le patron au comptoir. Elle se sentit légèrement poussée sur le côté et vit Leen qui la dépassait, tendant une main pour se saisir de la bourse. Le regard de Merenwen était fixé sur elle. Un regard plutôt interrogateur. Elle resta un instant en retrait avant de s'approcher du comptoir lorsque la jeune femme eut demander le prix une chambre. Merenwen remarqua le regard du patron posé sur la bourse. Il semblait avoir envie de posséder son contenu.

Lorsqu'il dit le prix, Merenwen eut un instant les yeux ronds. Il n'hébergeait pas les personnes pour rien, cela était sûr. Merenwen tourna la tête pour regarder Leen. Elle se demandait si la bourse contenait quarante pièces d'or. Puis, en la regardant un peu mieux, elle en déduit qu'il y avait assez. Mais Leen avait marmoné quelque chose. Qu'avait-elle dit? Ce fut ce que demanda le patron. Et lorsque la femme répondit, Merenwen hocha légèrement la tête, affirmativement. Mais le patron était plutôt occupé à parler méchamment à Leen en la montrant du doigt. Et une dispute commençait... Leen et Merenwen n'étaient pas prêtes d'avoir une chambre, c'était les pensées de la fillette.

Il y eut un moment de silence. Merenwen crut voir un frisson, à peine perceptible, du patron. Il avait peur du regard de la jeune femme. Merenwen était mal placée pour étudier ce regard mais elle en déduit qu'il était menaçant. Cependant, elle pu voir le sourire glacé de Leen. Elle préparait autre chose... qui n'était sûrement pas bien. Elle sursauta et eut un mouvement de recul lorsque le katana fut déguéné et pointé sur le patron. Elle remarqua du sang... Du sang? Alors que la katana avait prit un long bain? Non... Ce fut à cet instant que Merenwen sut d'où venait cette bourse. Tout collait à la perfection.

Elle regarda le patron qui était crispé par la peur. Elle le vit déglutir assez difficilement. Nouvelle preuve de la peur. Et du caractère de Leen qui le menaçait de son katana. Merenwen ne savait pas qu'elle avait sauvé... une meutrière ! Mais ce n'était pas une raison pour l'abandonner. Non... ce n'était pas une raison. Merenwen se promit même de ne pas abandonner Leen à cause de sa nature.

Lorsque Merenwen entendit le nouveau prix dit d'une voix mal assurée du patron. Dix pièces pour deux? Ce n'était déjà pas trop mal... Quatre fois moins que la première proposition. Mais Leen ne semblait pas satisfaite. Merenwen la vit bouger son épée. Le peur du patron ne cessait de croitre. Le pauvre, songea la fillette. Il n'avait pas de chance. Mais l'arnaque n'était pas bonne non plus... Un nouveau prix fut proposé : cinq pièces pour deux, repas compris. Encore mieux. Si Leen n'acceptait pas, c'était qu'elle tenait vraiment trop à son trophé qu'elle avait gagné grâce à un meurtre. Mais Merenwen se sentit soulagée lorsque le katana fut rangé. Ca allait pour cinq pièces. Tant mieux. Le patron semblait lui aussi un peu soulagé. Mais lorsque Leen posa les cinq pièces sur le comptoir, il se dépécha d'indiquer la chambre avant de s'enfuir le plus rapidement hors de la vue de Leen.

Merenwen la suivit jusqu'à la chambre et la regarda silencieusement s'instaler sur un des deux lits présents. L'auberge n'était pas aussi spacieuse que l'avait démontré le patron, mais elle valait quand même plus que cinq pièces les deux lits plus repas. Merenwen avait remarqué aussi le haussement des épaules de Leen. Elle s'instala à son tour sur un lit, retirant ses chaussures pour ne pas le salir, et resta immobile et muette, fixant le plafond. Elle était perdue dans ses pensées, toutes fixées sur Leen et sa véritable nature.
Revenir en haut Aller en bas
Leen
Criminel(-le) de l'Eau
Criminel(-le) de l'Eau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 307
Age : 29
Date d'inscription : 13/01/2006

MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Mer 22 Mar - 6:31

Leen resta un long moment les yeux fermés, ne pensant à rien. La plaie de son bras gauche avait cessée de saigner, mais la douleur ne s'était malheureusement pas estompée.
Puis elle souleva ses paupières, avant de se mettre en position assise. Les jambes ballotées dans le vide, elle observa Merenwen, qui s'était à son tour couchée sur le dos, observant le plafond de l'auberge miteuse.
Tout en se relevant, elle prit la parole, même si elle n'avait aucune intention d'excuser son comportement, elle était comme ça, elle ne changerait pas.


"-S'apitoyer sur le sort de quelqu'un est la chose la plus inutile à faire. Tu m'a aidée mais ce n'est pas une raison pour que je change mes habitudes. A vrai dire, j'ai été surprise que tu puisse venir en aide à une inconnue... Courageux de ta part, mais en attendant, je continuerai à tuer les gens sans motifs apparents, c'est tout. Personne peux changer sa nature, et généralement, personne ne le veux, sauf cas extrème. Pour ma part, il n'est pas question que je change pour une fillette de 14 ans. Si tu continue le chemin avec moi, ce que je ne conseille à personne, tu peux être sûre de croiser bon nombre de cadavres..."

Elle s'avanca vers une bassine d'eau, disposé entre les deux lits, sur une petite commode, et avec une serviette, elle commença à nettoyer sa plaie.

"-...Et je n'aime pas discuter avec les gens, sache le..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merenwen
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Jeu 23 Mar - 15:50

Merenwen ne bougea pas. Elle resta couchée à contempler ce plafond quelque peu miteux. Elle vit, du coin de l'oeil, Leen se lever et s'approcher d'une commode, entre les deux lits. Merenwen entendit un bruit d'eau. Il y avait donc un récipient, une bassine si l'oàn faisait confiance au bruit. Peut-être que Leen était blessée, ce qui ne serait pas étonnant d'ailleurs. Merenwen eut un vague, et pourtant bien récent, souvenir de ne pas avoir vu un bras de Leen qui le cachait. Oui, c'était bien ça. Leen était blessée au bras et elle essayait d'atténuer la douleur, tout à fait normal.

Elle entendit Leen parler et l'écouta attentivement. Elle découvrait le véritable caractère de Leen. Cette dernière allait beaucoup mieux, maintenant. Merenwen se souvenait de son père. Et de sa mère, aussi. Ils voulaient qu'elle ait un bon avenir. Ils ne voulaient pas qu'elle tue. Et ils ne voulaient qu'elle cotoie des assassins. Et c'était ce qu'elle faisait. Mais Merenwen se moquait un peu d'obéir ou pas aux intentions de ces parents.

Alors si elle suivait Leen, elle verrait de nombreux cadavres...? Et c'était la nature de Leen de tuer... Peut-être que Merenwen allait devenir comme elle, si elle la cotoyait trop longtemps... Mais elle s'en moquait un peu, de ça aussi. Il y avait tellement de meurtres... Mais tuer n'était pas bien... Une personne de plus ou de moins, que cela changerait-il? Merenwen était partagée. Mais surtout, elle était encore assez surprise du vif changement de Leen. Et elle apprenait à la connaître.

Et Leen n'aimait pas parler...


"Alors, tu peux arrêter de parler. Cela ne me gêne pas."

Elle n'avait toujours pas bougé et son regard n'avait toujours pas changer de place.
Revenir en haut Aller en bas
Leen
Criminel(-le) de l'Eau
Criminel(-le) de l'Eau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 307
Age : 29
Date d'inscription : 13/01/2006

MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Jeu 23 Mar - 17:22

"Alors, tu peux arrêter de parler. Cela ne me gêne pas."

Leen eut un petit sourire à la réaction de Merenwen. Elle tenait bon! Pas possible... Qui voudrait vraiment avoir envie de la suivre? Leen hésitait entre une psycopathe ou à une fervente d'une secte qui participait à des réunions plus que douteuses.
A ce qu'elle savait, Merenwen n'avait rien de semblable à une psychopathe, ni à un membre d'un quelconque groupe maléfique. Aussi opta t-elle pour une gamine sans intêret ayant le seul but de s'octroyer dans sa vie un moment de détente avec une meutrière qui tuait quasiment tout sur son passage... Et qui volait aussi.

La rônin acheva sa toilette, puis se dirigea vers la porte. Elle ne voulait pas attendre le dîner, elle mourait de faim. Prenant soin de garder ses armes avec elle, elle oouvrit la porte.


"-Je crève la dalle, tu fais ce que tu veux, mais moi je vais trouver quelque chose à me mettre sous la dent..."

Laissant Merenwen seule, elle traversa quelques couloirs pour se retrouvait à l'entrée de l'auberge. Quelques tables y étaient disposées et un feu brulait vivement dans une cheminée au fond. Leen s'approcha du bar et regarda le patron. Lorsque celui çi la vit, il eut un moment de panique et fit mine de rechercher des bouteille au fond de sa calle, ne voulant pas revivre la même chose qu'auparavant. Ce fut sa femme qui s'avanca.

"- S'cusez mon mari...C'est pas dans ses habitudes de fuir quelqu'un comme ça... Je vous sert quoi?"
"-Le menu du jour"
"-Ca marche, ce sera prêt dans une dizaine de minutes..."

Leen pendant ce temps là observa avec attention les personnes présentes dans l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spart
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Dim 26 Mar - 21:38

(c'Est akatsuki qui m'A demande cela)

Spart lui regardait Akatsuki quand il remarqua une étrange égratiniure sur l'épaule gauche de son ami et décida d'y plonger toute son attention quand il repensa au cours qu'il avait reçus lorsqu'il était plus jeune. Puis il se rapella sa leçon sur les plantes et se remémora les parole de son maître: -Cette plante est un genre de rosier mutant vénimeux et peu affecter le système sanguain de la personne qui se fait affecter.

Spart eut un moment de panique quand il se rendit compte qu'il s'agissait de cette plante qui avait causer les éraflures sur le bras de Akatsuki. Spart se leva immédiatement pour examiner de plus près le bras d'Akatsuki et constata qu'il s'agissait bele et bien de cette plante. Spart leva les yeux vers Akatsuki et lui dis,

- Akatsuki, je suis peiner a l'idée de devoir t'Annoncer cela, mais je dois le faire..., les érafflures que tu as sur le bras, ont été causer à cause d'une plante vénimeuse qui va t'affaiblire jusqu'à ton dernier souffle.

Spart versa quelques lames mais se souvenu qu'il fesait msintensnt parti des guerrier de l'air et qu'il devais revenir a l'ordre...
Revenir en haut Aller en bas
Merenwen
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Mar 28 Mar - 16:03

Merenwen était encore immobile à contempler le plafond lorsque Leen finit sa toilette. Mais elle put apercevoir, du coin de l'oeil, que Leen ne s'était toujours pas séparée de ses armes. Merenwen l'écouta s'éloigner. avant que le bruit des pas soit imperceptible à son oreille. Leen était comme ça. Elle tuait d'un geste naturel, laissant de nombreux cadavres derrière elle. Comme d'autres. Comme certains pauvres qui n'avaient pas le choix. Comme beaucoup de gens, alors.

Merenwen se redressa. Elle regarda au pied de son lit où se trouvait son sac. Il ne lui restait plus qu'une bouteille d'eau plus une pomme qui allait être bonne à jetter dans quelques jours. Et son bijou. Il faudrait que Merenwen remplisse à nouveau son sac pour ses prochains repas. Et pour ça, il fallait soit qu'elle travaille pour gagner un peu d'argent, soit qu'elle vole une bourse à quelqu'un. Mais le tuer, non. Elle ne voulait pas.

Merenwen se leva, enfila ses chassures et s'approcha de la fenêtre. Celle-ci avait été lavée depuis un peu. Pourtant, il y avait de la poussière. Cette chambre était naturellement poussiéreuse. Merenwen ouvrit la petite fenêtre en grand, laissant entrer une rafalle de vent qui lui souleva les cheveux pendant un instant. l'odeur de renfermement qui regnait dans la chambre commencer à s'estomper. C'était mieux pour Merenwen qui était habituée à l'air extérieur.

Puis elle bailla. Elle était fatiguée. C'était le moment de se reposer, pour Merenwen. Presque tous les jours, elle dormait au moins une demi-heure pour reprendre un peu de forces et se relver du bon pied. Merenwen laissa la fenêtre ouverte et se coucha sur son lit, enlevant une nouvelle fois ses chaussures. Elle se mit sur le côté, dos à un mur, les genoux moyennement pliés, les mains devant sa tête. Elle resta plusieurs minutes à contempler le mur avant de fermer les yeux. Et de s'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Leen
Criminel(-le) de l'Eau
Criminel(-le) de l'Eau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 307
Age : 29
Date d'inscription : 13/01/2006

MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Mer 29 Mar - 6:24

Lorsque son repas arriva, Leen se jeta dessus. Certes, ce n'était pas de la grande cuisine, mais peu importait, manger était tout ce qui comptait pour la jeune femme à ce moment précis.
Alors qu'elle se resservait pour la troisième fois, elle réfléchissa. Voulait-elle vraiment emmener Merenwen avec elle? Elle, solitaire par nature, voulait-elle vraiment continuer son périple avec une gamine de 14 ans? Non, bien évidemment. Ce n'était pas dans ses habitudes de voyager avec une autre personne. D'ailleurs, si Merenwen restait avec elle, elle devrait assurer la protection de toute deux. Or, il n'était pas dans son habitude de sauver les gens. Les tuer, oui, mais les sauver, non... Pourtant Merenwen l'avait sauvée, elle! Ce serait ingrat de sa part de la lacher au moment le plus opportun.

Quel dilemne! Et pourtant...
Non, elle ne continuerait pas avec Merenwen, elle ne voulait pas changer, et elle était quasiment sûre que cette gamine pourrait l'empêcher de tuer lorsque le moment se présentera; et ça, il en était hors de question...

Elle se leva après avoir consencieusement terminé son assiette, puis retourna dans la chambre. Merenwen dormait. Cela l"arrangeait, elle pourrait comme cela finir ce qu'elle avait à faire.
Prenant un peu d'argent dans la bourse restée sur une des tables, elle se retira et sortit de l'auberge. La nuit n'allait pas tarder à tomber, elle devait donc vite trouver ce qu'elle cherchait.
Elle visita plusieurs rues, et se dirigea plutôt vers l'extérieur du village, s'en pour autant en sortir.
Au bout d'une quinzaine de minutes, alors que le soleil rougissait aux plaines avoisinantes, elle trouva ce qu'elle était venue chercher: une écurie. Elle y entra, et passa devant de nombreuses stalles. Les chevaux piaffaient, signe qu'ils n'avaient pas étaient sortis depuis longtemps. Alors qu'elle marchait, un homme maigrelet, à moustache, le visage plutôt goguenard, se rapprocha d'elle
.

"-Qu'es'que vous voulez? J'vais bientôt fermer alors grouillez, s'iouplaît."

Tout son corps empestait le vin. Pas étonnant que les chevaux y soient si mal soignés. Leen eut une grimace de dégout. Ce genre d'individu mériterait qu'on lui tranche la tête sans autre forme de procès. Pourtant elle s'en empêcha. Qui soignerait les chevaux après ça? Elle n'avait aucune estime pour les hommes quels qu'ils étaient, mais elle respectait très profondément la nature et les animaux.

Respirant un grand coup, elle annonca:


"-Je voudrais un cheval...Un cheval à vendre, pour un long voyage. Plutôt vif."
"A vendre?!.... z'ais pas d'zeval à vendre moa..."
"-Et puis quoi encore? Vous en faites quoi alors?"
"-...Ben za fait d'la déco..."
"-DE LA DECO?! Vous vous foutez de ma gueule?!"
"-Bah pourquoi? Zé très mignon des zevaux, za fait d'l'animazion..."

Leen se retint pour ne pas exploser et lui sauter à la gorge. Elle respira très profondément, et lui donna 20 pièces d'or.

"-Bon vous me vendez un cheval en échange de ces 20 pièces, marché conclu? Et un bon, ok?"

Le visage de l'homme s'éclaira lorsqu'il aperçut less pièces dans la main de la rônin. Il se redressa et les prit avidemment avant de se redresser et de dire:

"-C'est comme zi zété fait!"

Il appela son apprenti et lui demanda de préparer le meilleur cheval qu'ils avaient. La gamin, d'environ 15 ans se mit alors au travail. En une quinzaine de minutes, le cheval était brossé et reluisant. Alors que l'apprenti se préparait à le seller, Leen l'arrêta dans son élan.

"-En fait j'aimerai partir très très tôt demain matin. Je voudrais qu'il soit prêt avant le lever du jour pour que je puisse partir à ce moment là."

L'apprenti et le saoulé se concertèrent quelques instants. Puis le gamin prit la parole:

"-Ben, j'vous attendrez devant l'écurie avec le cheval quand vous voudrez partir"
"-C'est ok. A tout à l'heure."

Leen repartit en sens inverse. Elle rentra dans l'auberge. Il faisait nuit cette fois çi. Elle se dirigea vers la patronne et lui demanda de quoi écrire. Prenant le parchemin, elle ecrivit:

'Merenwen, à l'heure où tu liras cette lettre, je serais partie.(oula c'est pas très imaginatif tout ça Laughing ) Sache que je t'apprécie, et je retiendrais de toi que tu m'a sauvée la vie, mais la nature reprends ses droits, et je suis très solitaire. Je changerais peut-être un jour, peut-être demain, quand je rencontrerais d'autres personnes comme toi; mais pour l'instant, j'ai appris à ne faire confiance qu'à moi même, et nous ne sommes pas du même milieu. Je tue, alors que toi tu essaye de communiquer avec les gens. Nous sommes deux extrémités très opposées, et ça ne colle pas.
Je te dis aurevoir, et j'espère qu'on se reverra un jour. Ne m'en veux pas...


PS: Je te laisse la bourse, et ce poignard. Même si tu ne veux pas tuer, on ne sait jamais ce qui peux arriver. Ne ne t'en sépare pas, il peux être utile.

Leen rentra dans la chambre, et déposa le papier et un de ses poignards sur la table de nuit du lit de Merenwen. Puis elle se dirigea vers le sien et s'endormit un peu.

+++++

Il était 4h30 du matin. Leen ouvrit les yeux et fit rapidement et silencieusement sa toilette. Elle avait prévenue la patronne qu'elle partirait très tôt et lui avait demandé de lui laisser un peu de provisions. Elle prit ce qui se trouvait sur dans le torchon et se dirigea vers la porte. Lorsqu'elle ouvrit la porte, la cloche indiqua sa 'fugue'. Elle ferma rapidement et couru presque vers les écuries. Comme prévu, le palfrenier l'attendait. Le cheval qu'il lui avait préparé était un Alezan ( Like a Star @ heaven ) plutôt vif. Elle monta dessus, accrochant ses provisions puis demanda à l'apprenti:

"-Dis moi, il y a une ville ou quelque chose proche d'içi?"
"-Ben, si vous continuez à cheval pendant 2-3 jours, vous arriverez au chateau de l'air. Par contre, sur le chemin, vous devrez obligatoirement passer sur un village en ruine. Mais je vous conseille de pas traîner là-bas, ya des trucs bizarres qui s'y passent."
"-D'accord, merci du conseil. Aurevoir"

Sur ce, elle talonna l'étalon et partit au petit trot sur un petit chemin, tout en ayant une maigre pensée pour Merenwen.

[suite--> la place ravagée ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merenwen
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Lun 3 Avr - 16:16

Merenwen avait dormi pendant toute la soirée, sans bouger dans son sommeil, sans faire non plus de cauchemard. Elle avait fait un rêve assez vague... mais quelle importance... Aucune.

La jeune fille se réveilla de bonne, puisqu'elle s'était endormie tôt le soir précédent. Le soleil ne s'était pas encore levé et une vieille horloge indiquait cinq heures et demi. Merenwen se frotta les yeux. Et tourna la tête vers le lit voisin. Il était défait et vide. Merenwen se redressa. Et elle aperçut un parchemin ainsi qu'un couteau à côté. merenwen se saisit du parchemin et le lut. Leen était donc partie, selon sa nature. Merenwen regarda alors le poignard qu'elle lui avait laissé. Puis elle saisit son sac et en sortit... un autre poignard. Elle le possédait depuis longtemps. Son propre poignard était plus court que celui que lui avait offert Leen. Mais un peu plus précieux. Merenwen ne s'en était jamais servi pour tuer.

Elle saisit les deux poignard et les rangea dans son sac. Elle se saisit de la bourse et descendit dans le bar. Il n'y avait, naturellement, personne. merenwen se mordit la lèvre et regarda autour d'elle. Il y avait une porte, derrière le comptoir. Merenwen escalada donc le comptoir et ouvrit la porte. Le patron et sa femme dormait. Merenwen s'approcha du patron et le secoua un peu. celui se réveilla et ronchonna. Puis, en paercevant Merenwen, il la reconnu immédiatement et lui dit :


"Que fais-tu à cette heure-ci, jeune fille? La jeune femme n'est plus là pour te proteger?"

Merenwen fut légèrement gênée puis lui répondit :

"J'ai besoin de provisions. J'ai là ce qui devrait pouvoir vous plaire."

Elle lui montra sa bourse qu'elle tenait dans la main. Le patron se redressa. Il se caressa la lèvre avant de répondre :

"Sais-tu que ce n'est pas l'heure, jeune gamine? Tu devrais te recoucher et prendre tes provisions demain...
-J'ai assez dormi, levez-vous et donnez de quoi tenir plusieurs jours."

Merenwen sentait sa patience défaillir. Elle n'allait quand même pas menacer le patron !

"Donne moi ta bourse, jeune fille, et je t'offrirais ce que tu voudras lorsque le soleil se lèvera."

Merenwen comprit qu'il la prenait pour complètement stupide. Elle leva les yeux au ciel et réveilla la femme du patron.

"Que voulez-vous, jeune fille?
-Un sac de provisions, s'il vous plaît, repondit Merenwen."

La femme se leva. Merenwen jeta un mauvais regard au patron. Avant de suivre sa femme. Celle-ci prépara des provisions et Merenwen pu remplir d'eau sa bouteille en verre. Merenwen donna cinq pièces d'or à la femme du patron. ce dernier s'était rendormi car on entendait des ronflements venants de sa chambre. Merenwen remercia la femme du patron qui alla se recoucher en baillant. La jeune fille sortit dehors et se prépara à une longue marche.
Revenir en haut Aller en bas
Eärwen P
Invité



MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   Jeu 20 Avr - 11:04

La Reine avait décidé de quitter son château, espérant se promener en toute tranquilité à l'extérieur sans se sentir forcément sans cesse encadrer, surveillée. Ele avait sur son dos de vieux habits habits ne témoignant pas de son grade. Elle avait par dessus déposé avec soin une cape aux teintes bleu ciel, un peu usée.

Elle avait quitté le châteua et s'était dirigée vers le village sans rencontrer personne. Elle arriva aux portes d'Iermus et regarda autour d'elle, il y avait tant de gens, d'animations! Rien à voir avec le château et l'ambiance quelque peu tendue.

La jeune femme resta plantée non loin de l'entrée se demùandant que faire à présent. Elle ne connnaissait personne hors du château et ne se voyait pas vraiment aborder les sujets sans autres manières.


*Bon, je suis arrivée, mais maintenant je fais quoi exactement?*

Lajeune reine en effet, était à court d'idée. Certes, elle était sortie, mais maintenant, que faire? Elle fut lasse de rester plantée comme un piquet au milieu de l'entrée et se dirigea vers les écuries du château, motivée pour faire une promenade à cheval.

[Dans une forêt, seul dans la nuit.... ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le village d'Iermus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le village d'Iermus
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Village Hentaï[accepté]
» Village Hentaï
» Village d'âme.
» La journée du village à LOPEREC
» [Quête] Le passé, le village et le mage. [PV Aerdris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 éléments :: Continent de l'air :: Elenwë-
Sauter vers: