AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Seule à l'ombre d'un grand arbre...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 17 Mar - 23:00

Quand Grishnak se mit à courir, un éclair sauvage dans les yeux, la nymphe eu un mauvais pressentiment. Elle disparut et réapparue entre Grishnak et Syllia, au moment même où celui-ci faisait un léger mouvement pour prendre son poignard. Certes, elle savait que le cycle de la vie ne pouvait être perturbé, et que normal était que l’aigle se nourrisse du lièvre, mais de voir cette petite fille, perturbée, apeurée et endormis, à la merci de son chasseur, elle trouva cela injuste. Cela ce voyait, sa vie n’avait jamais été facile. Pourquoi devrait-elle finir dévorée par quelqu’un? Ayant un immense instinct maternelle, elle ne pouvait laisser une petite mourir, surtout aussi facilement. Elle murmura, les larmes au yeux, telle un plainte :

-Non…non…

On aurait dit un loup qui hurle sa détresse à la lune, en énormément moins bruyant. Puis Grishnak se mit à lui parler… Continuant les paroles qu’il avait dit quelque instant plus tôt. Elle lui fit signe de regarder autour de lui.

-Et elle, cette nature la comprenez vous? Les humains n’ont cessent de s’inventer des choses pour comprendre le monde. Excepté les mettre en confiance, cela les a-t-il menés à quelque chose de concret? On ne peut comprendre pleinement une chose et de toute façon, cela est il vraiment nécessaire? Me trouveriez-vous plus attrayante si vous me connaîtriez pleinement? L’a (en parlant de la nature) trouveriez vous plus attrayante si vous connaîtriez tout ses secrets? C’est le mystère, Être de la forêt, qui rend ce monde si intéressant.

En voyant son regarda perplexe, comme s’il lui reprochait quelque chose, Murmure dit tout bas, d’une voix triste et blessée :


-Me trouvez-vous à ce point monstrueuse par ma différence?
Revenir en haut Aller en bas
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Mar 21 Mar - 23:52

Décidément, il y avait une différence notoire entre les deux créatures. L'orque ne connaissais que son petit monde. Son village, son peuple, son éducation. Il n'avais jamais été confronté à une autre réalité. Malgré tout il était conscient qu'il devrait y faire face un jour ou l'autre. Cette pulsion qu'il avait eu... C'étais son instinct d'orque. La bête sanguinaire en lui... Mais il avait appris à le contrôler... Cette femme avait piqué son orgueuil en le sous-estimant.

Grishnak posa son regard sur la Nymphe, la contemplant sous toute sa splendeur. Il répondit:


-Je ne l'aurais pas tuée... Je suis amplement capable de me controler, femelle. Si j'avais voulu la tuer je ne lui aurais pas donné ce mélange pour l'apaiser... Pour ce qui est de te trouver attrayante, ne te méprend pas! Je trouve que tu est une belle femelle par l'aura que tu dégage... Ton talent de musicienne, ta façon de vivre en harmonie avec la nature. Tu est sage soite, mais il y a bien des secrets dans cette forêt que je pourrais t'apprendre...

Puis Grishnak, en guise de lui prouver qu'il n'avait pas l'intention d'égorger la petite, dégaina son sabre. À l'aide de celui-ci, l'Orque entreprit de couper certaines branches d'un sapin situé tout près, de manière à pouvoir confectionner une paillasse pour la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Mer 22 Mar - 18:32

Murmure fut soulagée, mais elle n’en laissa rien paraître. Aussi, elle était déçue que son interlocuteur ne lui prête pas le respect dont elle lui faisait hommage. Elle l’appelait Être de la forêt, ce qui était rare et lui la traitait de femelle, comme si elle ne méritait aucun titre, aucune attention. Elle lui avait fait confiance, lui avait parlée d’elle alors que lui ne voulait rien émettre sur sa personne, enfin semblait-il. Quelque chose se brisa en Murmure. Étant incapable de ressentir de sentiments négatif fort, sa colère se voyait seulement à la manière dont elle marchait et même un observateur de renommée aurait eu de la difficulté à remarqué celle-ci. Ensuite il se mit à lui dire qu’elle était… une belle femme… Murmure décida de le prendre comme un compliment même si elle avait déjà reçu titre plus cérémonieux. Elle eu envie de disparaître, comme ça, le laissant seul mais au fond d’elle-même elle savait qu’elle voulait en savoir plus sur lui, et qu’elle en saurait plus. La nuit commençait à tomber et la lumière dans la forêt était maintenant plus que tamisée. Elle décida d’amener ses deux…invités dans son repaire. C’était là qu’elle amenait les enfant ou blessé orque, humain et gobelin qu’elle trouvait. Quand il se mit à coupé des branches de sapin, elle mit sa main frêle sur on bras, arrêtant son geste. Elle pointa le menton vers un endroit de la forêt, faisant signe à Grishnak de la suivre. Elle prit la petite dans ses bras embrassa son père et se mit à marchée vers un coin de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Syllia N
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Dim 26 Mar - 10:02

[juste un ptit mot: j'attend quelques messages avant de me reveiller ok? Donc, continuez à discuter et ne vous en faites pas si je réagis pas pendant un moment. Faut que je dorme quant même XD
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Dim 26 Mar - 10:28

[Bien sûr Sylliae, c'est sage de ta part... ]
Revenir en haut Aller en bas
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Mer 29 Mar - 13:39

Grishnak s’arrêta de confectionner la paillasse pour Syllia. Il jeta un œil sur cette dernière qui dormait toujours d’un sommeil très profond. Murmure lui fit signe de la suivre, ce qu’il fit calmement. L’avait-il offusquée? Il espérait que non, car ce n’était pas son intention… La démarche de la nymphe n’était pas aussi naturelle que tout à l’heure, au point où Grishnak se senti mal d’avoir été aussi brusque avec elle. Où pouvait-elle bien l’emmener? Grishnak ne dit rien de tout le voyage, il préférait se déplacer dans le silence…


[Dsl d'avoir été si long... La session arrive à sa fin et je suis dans la dèche jusqu'au cou!]
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Mer 29 Mar - 18:12

Murmure amena Grishnak et Sylliae à l’endroit où elle entreposait ses affaires personnelles et où elle se reposait quelque fois. Ils marchèrent quelque minutes en silence, Murmure trop agitée pour parler à l’orque. À un moment donné, ils arrivèrent dans une petite clairière. Enfin, pas vraiment une clairière car des branches de cerisiers en fleurs créaient un léger plafond. Les branches filtraient les rayons de soleil, rendant ceux-ci rose et blanc ce qui illuminait doucement la minuscule clairière. À l’est, un petit hamac de corde de soie pendait, léger, et plusieurs artefacts humains, orques, elfes et non jonchait dans un ordre précis le sol et les branches d’arbres. Un petit ruisseau traversait la clairière. Elle posa l’enfant doucement sur la couche et la regarda dormir quelque temp. Elle serra les points et se retourna vers Grishnak. Des pétales de cerisier tombait sur son corps nue, s’y déposant légèrement alors qu’elle souhaita la bienvenue à l’orque.

-C’est ici que je viens réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Lun 10 Avr - 15:16

Grishnak jeta un coup d'oeil aux alentours. Il trouvait cet endroit très beau. L'orque s'installa au pied d'un arbre et il s'y assit en tailleur. Il commençait à avoir faim et il devait dormir pour reprendre son chemin le lendemain. Sans regarder Murmure qui installait la jeune fille, Grishnak sortit de son sac quelques morceaux de viande seche abondamment sallée afin de cacher le goût de la viande avariée. Il mangea son morceau avidement puis il regarda Murmure:

-Je suis désolé de m'être emporté. Mais je déteste que l'on me sous-estime... Je n'aurais pas tué cette fillette, si j'avais voulu l'abbatre il y aurait longtemps qu'elle serait déjà morte.

Grishnak fit une pause. Soite il avait pensé à égorger Syllia. Mais avait-il eu l'air si agressif? Il ajouta:

-Avez-vous faim Murmure? En passant, cet endroit est très beau... Il y a longtemps que vous l'habitez?

Grishnak se tut. Il ne regardait toujours pas la Nymphe et avait encore un morceau de porc entre les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Syllia N
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Jeu 13 Avr - 8:21

Syllia bougea dans son sommeil. Un sommeil commateux, d'ou des voix lui parvenaient faiblement, l'entourant de leurs sons désagréables. Elle était empêtrée dans du noir liquide, dans l'obscurité rendue matérielle. Et c'était très, très désagréable. Elle ne voyait rien, elle entendait tout. C'était rageant. D'autant qu'elle se savait en compagnie d'un monstre assoiffé de sang et d'un démon impudique. L'un avait voulut la manger, l'autre avait voulut l'empoisonner. Visiblement, ils avaient réussi. Mais était elle mangée ou empoisonnée? Logiquement, elle était morte, mais elle entendait les deux créatures qui causaient à côté d'elle. Quelque chose ne collait pas.

Par ailleurs, elle sentait des petites choses toutes fines lui caresser la peau, lui effleurer le visage. Non décidemment elle ne pouvait pas être morte. Sans doute était elle dans le coma. Etait ce préférable? Au fond, la mort ne devait pas être si terrible. C'était tout simplement un état d'éternelle béatitude, d'infini sommeil, de repos éternel. Supposait elle. Ou alors, on allait en Enfer ou au Paradis ou toutes sortes de choses bizarres nous arrivaient - plus ou moins agréables. Elle poussa un imperceptible soupir. Elle devait vraiment être deux mondes, pour avoir des pensées aussi étranges. Et Tora alors? Existait il vraiment? Avait elle été bernée pendant la moitié de sa vie? Etait elle vraiment une folle, comme l'affirmaient tout les villageois? Tout n'était que questions sans réponses dans son petit univers.

Voilà qu'une délicate matière lui caressait à nouveau la peau. Ou était elle à la fin? S'énervant dans l'herbe, Syllia roulait sur elle même, grommelant des choses comme : laissez moi na l'afin... ou encore : Bandes d'monstres, z'avez rien..., elle s'arrêtait alors au milieu d'une phrase et reprenait une respiration régulière, s'immobilisant à nouveau. A force de rouler, elle se cogna contre le tronc d'un arbre et ouvrit les yeux. Le monde lui apparut tout à coup, vif et plein de couleurs pétantes. Elle mit ses mains devant ses paupières en gémissant. Elle resta ainsi une minute, tentant de se protéger de toutes les choses qui l'assaillaient, toutes en même temps. Elle avait vaguement aperçu un gros monstre brun et une myriade d'insectes volants, visiblement hostiles et qui plus est : roses. C'était donc ça l'enfer?

Gémissant et se massant les yeux à grand forçes, elle s'assit péniblement et jeta à nouveau un rapide regard aux alentours. Les monstres et les insectes avaient disparus, laissant place à un magnifique arbre dont les branches se balançaient lentement, libérant une infinité de pétales rosées. La jeune fille ne relachâ pas sa méfiance pour autant : le démon et le monstre sanguinaire étaient encore là, lui tournant le dos, parlant calmement. Sans doute se croyaient il débarrassés d'elle, pensa t'elle féroçement. Ils allaient voir ce qu'ils allaient voir! Elle ne remarqua pas la brusque montée d'énergie qui montait en elle, lui rendant toutes ses forçes, et une volontée qu'elle avait perdue depuis quelques temps. Elle se leva silencieusement, et réfléchi à un plan d'attaque. Elle n'allait pas s'enfuir comme une lâche cette fois! Il fallait combattre, et leur faire payer leut tentative de la tuer.

Elle n'avait pas été l'apprentie d'un magicien pour rien. Tout aussi silencieusement, elle se baissa et farfouilla dans sa sacoche, tentant de ne pas faire de bruit. Elle finit par trouver ce qu'elle cherchait : une craie noire, cassée en plusieurs morceaux. Elle traça dans le sol divers signes, des étoiles, une sorte de triangle étrange et un S sur lequel elle avait intensément appuyé, cassant encore plus sa craie. Elle se leva enfin, et abandonnant toute discrétion, elle dit, la voix légèrement temblante :

-" Ade, cure ma quiste. Oquo, S Tora nake!"

Il y eu quelques secondes de silence, puis un sifflement se fit entendre, de plus en plus insistant, dérangeant. Seule Syllia semblait ne pas y faire attention, un sourire étrange sur les lèvres. Tout d'un coup, une lueur argentée apparut dans sa main tendue, de plus en plus forte, semblant se matérieliser peu à peu. Bientôt, un éclair grand comme elle apparut dans sa paume, mioitant inhabituellement. L'air triomphante, la jeune fille le brandit comme un trophé, souriant largement.

-" Vous avez voulu me tuer hein? tout le monde veut me tuer. Maintenant, c'est moi qui tue!"

Elle agitait l'éclair d'un air rageur, ne pouvant se résoudre à le lançer mais menaçant dangereusement les deux "monstres".
Revenir en haut Aller en bas
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 14 Avr - 12:06

Grishnak attendait toujours la réponse de Murmure. Mais avant même que cette dernière réponde il entendit:

-" Ade, cure ma quiste. Oquo, S Tora nake!"

Grishnak se leva brusquement et tourna la tête en direction de la jeune fille.

-Mais qu'es-ce qu'elle nous raconte là! se dit Grishnak.

La potion semblait avoir fonctionnée du moins, Syllia avait l'air fraîche comme une rose qui vien de s'ouvrir. L'orque souria à la petite fille et s'approcha lentement afin de lui donner un morceau de porc. Mais ce sifflement. Cette chose immonde qui donna un mal de tête incontrôlable à Grishnak. Qu'es-ce que c'était? De la magie? Cette petite fille fait de la magie?!

Grishnak n'eut pas à attendre longtemps pour avoir sa réponse. Un éclair miroitant apparu dans la main de Syllia. Au début l'orque paniqua. Il regardait autour de lui tel un voleur. Mais il se ressaisit. Une fillette! Pauvre folle...

-" Vous avez voulu me tuer hein? tout le monde veut me tuer. Maintenant, c'est moi qui tue!"

Grishnak était estomaqué! Il s'arrêta net de tout mouvement, traversé par une angoisse soudainement très prononcée. La sueur commençait à perler sur le front de l'orque et il dit d'une voix qui laissait parraître son stress, toujours dans un commun minable:

-Jeune fille... Fut attuntion à cu que tu fais. Lu mugie n'est que pour lus luches! Tu te crois vruiment forte de nous munaçer avec cutte chose? Si j'urais vrument vullut te tuer, serais-tu aussi ruposé qu'une fleur en te ruvuillant? T'urais t'on trunsporter uci? Nash! Tu surais sur une bruche au dussus d'un grund feu! Et ju t'urais farci uvec des pommes! Alors culme toi et munge un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Syllia N
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Sam 15 Avr - 11:14

Une petite fille. Une petite fille tenait entre ses mains une arme mortelle, arme qu'elle brandissait sans crainte, prête à tuer. Comment avait elle fait pour en arriver là? Elle n'était pas une tueuse, elle était une petite fille. Rien d'autre. La colère, la colère qu'elle avait gardée en elle pendant des années commençait à s'écouler, doucement, hors d'elle. Mais pour l'évacuer, elle devait commettre un acte impardonnable. Elle y a toujours pensé, mais se disait que ce n'était pas sa voie, que ça ne pouvait pas être sa voie. Le Destin, elle n'y croyait pas. L'espoir non plus. C'était elle trompée sur toute la ligne? Autant sur Tora que sur elle même? Mais Tora, c'était différent. Tora avait été le sauveur, l'ami. Ce n'était qu'un songe. Elle, elle était réelle. Pour elle, tout pouvait encore changer.

-" Je ne suis pas lâche!"

Sa voix claqua, coupant la parole à l'Orque, ou du monstre, selon la vision des choses. Il osait la gronder, avec son accent minable! Non elle n'était pas "luche", pour une fois! Pour la première fois même! Et elle ne laisserait pas un être comme lui détruire son instant de triomphe. Toute sa vie, elle avait été lâche. Ce marchand, elle aurait pu le réduire en poussière! Cette bonne femme, il y a quelques jours, elle aurait pu la chatier de l'avoir insultée! Mais non, elle avait encaissé et n'avait rien dit. Et ses parents, elle aurait pu les forcer à la garder. Les forçer à lui demander pardon, à elle, apprentie magicienne, contre eux, pauvres paysans égoistes. Brandissant encore l'éclair chargé de magie, elle répéta:

-" Je ne suis pas lâche."

Mais le monstre l'avait ignorée, et continuait à parler avec son accent plein de "û". Elle relacha la tension de son corps une minute, pour comprendre ce qu'il disait. Le vent qui dispersait les fleurs sur eux l'empêchait d'entendre, par dessus le marché, et donnait un aspect irréel à la scène. Quant à ce qu'il disait... pour ce qu'elle comprenait, il niait d'avoir voulut la tuer. Ainsi, il tentait de se défendre! Il avait peur, donc. D'ailleurs, sa voix tremblait légèrement, et il se tenait immobile, visiblement terrorisé. Elle oublia tout ce qu'il lui disait pour savourer le pouvoir qu'elle avait sur lui en cet instant. Oui, en ce moment elle était supérieure à lui. Elle pouvait lui ôter la vie, il ne pouvait que tenter de se défendre. Quant à sa défense, justement, Syllia se persuadait qu'elle ne valait rien. Oui, ils l'avaient épargnée, mais c'était sans doute pour mieux la tuer par la suite. Et puis, il lui avait administré une potion qui l'avait plongée dans le coma. Et d'abord, elle n'était pas du tout aussi reposée qu'une fleur!
Pour le coup, elle se montrait d'une mauvaise fois étonnante par rapport à elle même. Elle savait bien, que si elle pouvait utiliser "la furreur de Tora" sans s'évanouir quelques minutes après, c'était parce qu'elle était extraordinairement en forme, ce qui était anormal vu son état, ce matin. Mais elle voulait sa vengeance et devait bien trouver des contres arguments pour se convaincre que l'Orque avait tort.

Quant elle entendit la dernière proposition, elle ne réalisa pas tout de suite la stupidité de la situation. Elle le menaçait de mort, il lui proposait à manger. N'était ce pas... bizarre? Les mots coulèrent de sa bouche naturellement, sans qu'elle ai le temps de réfléchir à ce qu'elle disait:

-" Je n'ai pas faim."

Il y eu un moment de silence ou elle craignit que l'Orque n'éclate de rire. Il y aurait de quoi, car cette réponse était tout bonnement très, très innapropriée à sa situation. Elle était la tueuse, et refusait poliment l'offre d'un monstre à l'accent montagnard. Mon Dien, mon Dieu, qu'elle était ridicule. Se sentant mal après cette bêtise, elle s'écria à nouveau, pour se donner bonne contenance :

-" Tout ça ne change rien! Comment pourriez voius me vouloir du bien?"

Elle brandit son éclair de plus belle, bloquant à nouveau la situation. Il ne restait plus qu'à éspèrer que la Démonne intervienne...

[ allez murmure! Un tite réaction!]
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Mer 19 Avr - 17:09

Les pas de Théodoric le guidèrent hors de Wilwarin en très peu de temps. Ses jambes ne connaissaient pas la fatigue et il ne se reposait jamais... La seule chose de son monde, c'était cette voix qui refusait de se taire dans son crâne, écco terrible de la folie le plus totale. Le géant rentra dans une autre forêt, quelques badeaux l'appercevant au passage. Lui, heureusement, ne les remarqua pas. Personne n,avait ici de réel intérêt.. seulement des marchands sur la route, et Théo ne voulait pas s'écarter de la ligne droite qu'il s'était donné pour poursuivre n'importe quel hurluberlu trop soaul. Le soleil commença à tomber alors qu'il faisait ses premiers pas dans la forêt de Mynorie. Il pénétra à l'intérieur et tomba sur une petite maisonnette. Il la toisa quelques instant, puis défonça nonchalament la porte et rentra avec fracas. Un homme se retourna vivement vers lui. Un coup de hachoir et sa tête tomba au sol. Pas de chance pour les gens ayant aussi peu de valeurs que celui ci... Théo sortit de la maison et continua à rentrer plus profondément dans les bois, alors que le soleil se couchait tranquillement à l'horizon...

Et il s'engouffre encore dans la forêt, s'engouffre profondément, jusqu'à ce que l'horizon ne soit plus qu'une faible lueur magnifique par sa teinte aux nuances bleutés et pourpres... Mais ces beautés, Théodoric Stahlfaust ne les regarde pas, il ne les voit pas, il ne s'en occupe pas et ne peut en comprendre le sens. Il s'en fiche, tout autour est si flou et si terne que rien pour lui ne parait réel outre la voix malsaine dans son esprit.

Puis soudain, Théodoric sent une présence plus loin... De la chair fraîche !... Il avance plus vite maintenant, son hachoir à la main, son pas lourd faisant craquer les branches traînantes et se déchirer les feuilles. Son regard se pose dans le noir, mais c'est un sens indéfinissable, celui du chasseur, du meurtrier, du destructeur, qui motive son mouvement dans les abymes pour trouver la source de cette vie... et à jamais la détruire !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 21 Avr - 8:03

Murmure regardait la scène avec une grande indifference. Ces deux autres créatures là l'avait tellement étonner qu'elle était certaine maintenant de ne plus être surprise. Seulement, elle fronca ses légers sourcils quand l'enfant la sur estima. Elle être capable d'enlever la vie? Certes, elle pouvait la donner mais ignorait complètement comment l'enlever! Et elle disait qu'ils lui voulait du mal!!

-" Tout ça ne change rien! Comment pourriez voius me vouloir du bien?"

Murmure sourit

-Je crois que la question qu'il faudrait poser est Pourquoi nous vous voudrions du mal vous ne croyez pas?
Revenir en haut Aller en bas
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Dim 23 Avr - 21:31

Elle ne comprenait rien... Trop jeune. Trop sotte. Trop humaine... Mais Grishnak ne prit pas le risque de la vexer encore une fois.

-Dusuler putite fille... D'un...

Grishnak s'arrêta de parler. La forêt souffrait. Autour de lui il croyait entendre la forêt crier... Le bruit du bois qui se fracasse. Ce craquement cruel qui lui fait si peur. Oui. Au loin il l'entendait. En fait loin n'est pas le mot... Ce son était extrêmement éloigné. Son ouie exceptionelle l'a percu, comme emplifié par l'énergie de la forêt. Il regarda la jeune fille. Son éclair de magie dans une main. Si elle le lui lancait qu'arriverait-il? En une fraction de secondes des souvenirs d'anciennes légendes orques de son enfance lui revienrent à l'esprit...

Cette magie qui corrompt l'esprit, puis peu à peu le corp. La magie qui rend puissant au début mais qui, très rapidement, devient un démon prenant l'emprise de l'esprit du thaumaturge. Un démon là pour tourmenter l'esprit, pour rammener l'équilibre. Puissant mais fou. Une folie entrainant souvent la mort...

L'orque détalla vers le bruit du bois qui casse. Il bondit dans la direction opposée à la magicienne, avec agileté et rapiditée. Il courrait aisément à une vitesse très rapide, esquivant les arbres, sautant par dessus les fossés et les plus grosses racine. Ses pieds semblaient ne jamais toucher les feuilles mortes ou les petites branches qui craquent sous le pied d'un randonneur. Sa course se fesait presque dans le silence... L'on entendait le cliquement de ses flèches dans son carquoi, le bruit de ses vêtements qui se frottent ensemble et le râle de sa respiration.
Il approcha jusqu'à pouvoir sentir l'odeur de la perturbation de la forêt.

L'odeur du sang... De la sueur et de la chair. Grishnak s'arrêta net. L'odeur lui rapelait ce que les guerriers sentaient lorsqu'ils revenaient de la chasse. Il regarda autour de lui. Le son venait du nord-est, à sa gauche. L'orque apperçut un fossé tout près. Il s'y terra, écoutant la bête de sang bouger...
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Lun 24 Avr - 21:52

Théodoric avança dans la forêt. Il sentait la présence d'êtres de chair... d'humanoïdes, qui plus est. Il marchait lentement, ses sens étaient complètement abbrutis, mais le démon en lui remarquait chaque détail et lui faisait savoir quand il sentait quoi que ce soit. Théo avança encore, lentement, il sentait quelque chose TOUT près... Mais l'orque était beaucoup trop bien caché, même pour les sens surnaturels du démon. Il passa à 2 mètres de lui, Grishnack pouvant voir ses immenses bottes dont l'une encore tâchée de sang. Le géant se retourna pour voir aux allentours, mais rien n'y faisait, même un loup aurait eu peine à détecter l'odeur de l'orque, habilement camouflé tant physiquement que sensoriellement. Théodoric continua donc à marcher et sentit une présence plus forte. Celle d'une femelle... Ses yeux brillèrent un instant d'un éclat rouge et morbide, il marcha plus vite dans cette direction avec la ferme intention d'abuser de toutes les façons possibles de cette créature, le visage toujours aussi dénué de toute émotion et teinté d'une lassitude sans égal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 5 Mai - 12:02

Murmure sentit l'état d'alerte dans lequel était Grishnak. Évidemment, elle aussi avait sentit une présence malveillante, mais ho combien de fois cela lui était-elle arrivée! Elle ressentait dans sa chair chaque craquement de feuilles mortes... Toute les douleurs de la forêt, elle les ressentaient. La plus vives étant celles des bûcherons qui coupent les arbres. Souvent elle s'était rapprocher d'eux pour voir ce qui les incitaient à faire tout cela... Chaque fois pourtant, ils étaient très gentils avec elle, la caressaient beaucoup et faisaient aussi une drôle de chose dont elle ignorait le nom mais qui était très agréable. Pourtant... Ils retournaient toujours couper les arbres. Murmure s'était donc habituée à ressentir la douleur. En fait, elle l'a sentait toujours, mais n'y prêtait plus attention. Elle avait longuement méditée pour pouvoir rassemblée tout les bon moments de la forêt et de terrer les plus mauvais au fond de sa mémoire. C'est pour cela qu'elle était toujours heureuse et souriante. Enfin la plupart du temps... Le comportement des humains lui était toujours aussi inconnue.

Quand l'orque fut définitivement hors de vue, la nymphe se coucha sur le ventre et se dressa sur ses coudes. Cette position lui faisait de merveilleuse petite fesse rondes qui luisait sous la lumière. Contrairement à certaine femme, sa poitrine ne retombait pas et rester bien ferme pendant qu'une petite mèche de cheveux finement bouclé tombait sur celle-ci. Ses grand yeux vert fixèrent la petite. Elle n'était pas du tout effrayer. Étant la première nymphe, elle ne pouvait être tuée... Mais elle voulait tellement aider cette petite fille seulement, il faudrait que celle-ci lui laissant une petite chance!


[stp Sylliae, aide moi un peu! Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Syllia N
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 5 Mai - 16:17

Les mains de Syllia tremblaient affreusement. Ele ne pouvait se résoudre à jeter l'éclair, elle n'en était pas capable. Le métal magique commençait doucement à fondre sous ses doigts, et des volutes de fumée s'échappaient de ses mains, la brûlant horriblement, ce qui provoquait des suffoquements étouffés. Ses cheveux noirs collés sur son front par la sueur, elle jetait des regards paniqués autour d'elle. Tout allait trop vite, beaucoup trop vite, elle aurait voulu crier à nouveau à Murmure et au monstre qu'elle allait les tuer, ainsi ils cesseraient de la pendre pour une idiote et ne tenteraient plus de se justifier. Mais elle ne pouvait pas dire cela alors qu'elle ne pouvait acomplir ses dires. Le monstre ne faisait pluis attention à elle à présent, humant la forêt avec inquiètude. Malgré sa peur, Syllia sentait, elle aussi, que quelque chose n'allait pas.

Des craquements sourds résonnaient de partout, et une odeur âcre qui dégoutait les narines se répandait dans la petite clairière. Un instant, elle crut voir quelque chose bouger à travers les feuillages, et frissonna, nerveuse. Plus personne ne s'occupait d'elle, toute l'attention des monstres étaient tournée vers les sous bois, vers cette chose qui se mouvait, là bas, quelque part, menaçante. Elle faillit crier qu'elle était là, qu'elle existait, qu'elle aussi pouvait les tuer, mais terrorisée par la peur, elle n'osait même pas ouvrir la bouche. Soudain, la voix de Murmure s'éleva doucement dans le silence, apaisante. Syllia n'écouta pas les paroles, se laissant bercer par la mélodie des mots. Elle soupira, quelque peu calmée, et baissa les yeux. Son coeur battait à tout rompre dans sa poitine, et ses poumons se soulevaient nerveusement entre deux battements de coeur. Elle baissa légèrement l'éclair, ne se rendant pas compte que c'était totalement inutile puisque l'arme avait presque entièrement fondu.

Le flot de pétale s'était quelque peu atténué et au pieds de la petite, des petites formes rosées couvraient le sol d'une fine couche parfumée. La scène semblait irréelle, comme un tableau peint par un enfant malhabile. Syllia brisa le silence, la voix tremblante :

-"Je... mon éclair s'est brisé... je ne sais pas... que... que me voulez vous ? vous n'allez pas me dévorer.... v-vousn'allez pas..."

Elle fondit soudainement en larme. Elle ne voulait plus mourir à présent. Elle voulait devenir ce qu'elle avait toujours voulut être... quoi? Elle l'ignorait, amsi devinait une envie cachée au fond d'elle. Tora était mort pour elle, elle était libre. Mais perdue aussi. Tant de choses à la fois... et la chose qui se rapprochait, elle la sentait également. Dans un instant de clairvoyance, elle aperçut Murmure se coucher sur le sol, puis plus rien. Elle avait tout simplement fermé les yeux. Le métal bouillant et emplit de magie destructrice continuait à fondre dans sa main. Sans y prêter attention, elle posa cette même main sur ses yeux et poussa un cri. La douleur était atroce, terrifiante. Pire que la clauque de son père, des années plus tôt. Pire que cette voix intéreiure qui lui murmurait des chloses mauvaises, pire que tout. Elle tomba à genoux haletante, pleurant des larmes de métal. Aveugle... aveugle... tu es aveugle... lui murmurait la voix. Horrifiée, Syllia s'aperçut qu'elle avait raison. Elle ne pouvait enlever ses main noircies de son visage, et ses paupières étaient collées de douleur. Elle cessa de pleurer et resta silencieuse, prostér, ignorant tout ce qui se passait autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 5 Mai - 20:25

Le géant entendit alors un son magnifique.... Le son d'une femme qui pleure. D'une femme qui gémit, qui braille, qui couine... Le démon dans le crâne de l'homme se mit à parler plus vite, plus fort, il était excité devant une proix si délicieuse. Théodoric se laissa ainsi succomber aux caprices de la bête et marcha de son bas lourd vers la femme à genoux. Il se tenait alors à 5 pas de la femme, tout près... si près... la machette près du corps, son énorme machette recouverte d'un sang encore si frais... Celui de Jénovah, celui de Keana, et celui de Cairn... sans compter nombre de pauvres innocents malchanceux.

Dans les yeux d'un Théodoric absolument immobile, un maelstrom rouge, monstrueux, surnaturel tournoyait et fixait le néant. Le mal le plus pur en émanait, le paysage lui même devenait plus sombre, comme si le monstre faisait s'ombrager l'endroit par sa seule présence. Envis de tuer, ne plus se retenir, cette proix serait facile, il la déchirerait et violerait ce corps si jeune et si frais... Le guerrier resta là un instant, comme médusé et hypnotisé devant ce spectacle des plus glauque. Il réfléchit un peu... Pas la peine de demander si celle là est une déesse, les déesses qui pleurent seront brutalisées, elles courberont pour mieux souffrir, elles courberont pour mieux satisfaire ces envis impures et indomptables...

Le tourbillon rouge se ralenti soudain, comme si enfin le monstre se calmait.. Mais ce n'est qu'apparence, le colosse bouge enfin, et tel un automate d'acier enjambe les quelques pas qui le sépare de sa victime. Fraîche femelle... Le géant empoigne alors les cheveux de Scyllia de toute sa poigne puissante, les larmes coulent sur ses joues et cela au contraire de tout le reste il peut le voir. Ce mal... tout ce mal... qui lui fait tant de bien et tant de mal... Le géant s'approcha alors d'un arbre, traînant sauvagement la femme par la pillosité de son pauvre crâne, l'accotant violemment contre l'arbre, lui barrant la route. Il est devant elle, il est autour d'elle, il enfonce tel des dagues cruelles ses yeux dénué de sens au plus profond des siens, plaquant ses bras au dessus des épaules de la femme, ses paumes posées sur l'écorce du végétal. La peur... cette endroit en est saturée... La mort... elle ne saurait tarder... Violence mentale tant que physique, la femme, vulgaire objet pour la folie du démon sans nom, bientôt sous le corps d'un guerrier à l'image autrefois glorieuse, maintenant mut par le désespoir et la haine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grishnak
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Ven 5 Mai - 22:56

Grishnak était toujours tapis dans les buissons tout près. Lorsqu'il vit la bête de fer, l'orque fut parcouru d'un long frisson, ce court moment ou la peur envahit son âme et où tout son corp frémit tellement le mal est présent à l'intérieur de cette armure souillée. Le géant ne le vit evidemment pas, les vices embrouillent trop l'esprit de cette chose. Il l'observa un moment, s'approcher de Mumure et de la jeune magicienne...

**-Pauvres folles! Sauvez-vous! se dit-il à lui même.**

Théodoric empoigna Syllia par la chevelure, la trainant dans la terre, les feuilles mortes et les épines de sapin. Grishnak esquissa un sourire. La magicienne va être punie, la magie offre une puissance incroyable mais apporte toujours son lot de conséquences, c'est ainsi que les légendes Orques parlaient des arcannes.

Puis il tourna les yeux vers Murmure qui se tenait non loin de là.

**-Elle ne doit pas être blessée... Pas elle.**

Grishnak, d'un mouvement très rapide enleva sa sacoche et l'ouvrit rapidement. Il fouilla un moment, cherchant la concoction parfaite... Brevage de subsistance, somnifères, venin pour la chasse au petit gibier... Enfin! Il mit la main sur le mélange qu'il cherchait.

Le Gromchok ou bien «gant de la fée» en commun... Venin à texture visqueux et épaisse d'une couleur bleue comme la nuit. Ce poison est créé à partir du mélange de deux plantes écrasées bouillies 5 à 10 minutes dans de l'eau claire. La Digitalis Purpurea, plante aux belles fleurs rouges en forme de cloche et au feuillage élancé, ainsi que la Solanum Nigrum, petit arbre fruitier donnant de petits fruits noirs très toxique si ingurgités.
Le nom «gant de la fée» à été donné au mélange car celui-ci, si en contact avec le sang, provoque une paralysie et une analgésie du corps, laissant toute fois la conscience à l'empoisonné. En général, le Gromchok agit une ou deux heures, parfois plus, parfois moins.

Ainsi Grishnak empoigna la petite fiole et arracha le sceau de cire -Les bouchons en liège compromettent l'effet du venin-. Il prit soigneusement une flèche à son carquois et trempa la pointe de celle-ci dans le mélange. Le chasseur mit la fiole de côté et empoigna son arc d'if. Grishnak se déplaça lentement vers la droite afin d'être en ligne de tir, le colosse lui tournant le dos. L'orque banda son arc et tenta de trouver une faille dans l'armure de Théodoric. Son corp était recouvert de métal... L'archer visa habilement une partie mobile de l'armure du géant, à la base de son dos...

Puis il décocha. À peine la flèche partie, l'Orque entrepris de prendre ses jambes à son cou...
Revenir en haut Aller en bas
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Sam 6 Mai - 10:10

Murmure nu malheureusement pas le temps de répondre à la petite magicienne qui avait déjà une petite place dans son cœur. Déjà, une immonde... chose arriva. Un colosse... Un géant... Un démon... Elle ne savait trop comment l'appeler. Elle savait que toute les créatures avaient une raison de vivre, mais celle-là... Celle-là elle ne savait trop...
Murmure recula, le visage impassible tout en incitant Syliae à faire de même..

-Recule petite....Recule!

Pourtant, rien! La jeune magicienne semblait toute à ses tourments. Sa main pleine de métal fondu était collée à son jeune visage. Murmure était emplie de pitié. Elle qui n'avait jamais connu la barbarie du monde, maintenant elle avait le loisir de parfaire sa connaissance. Une petite larme coula sur sa joue lorsque le démon traîna la fillette par les cheveux.
S'en était trop.
Vraiment trop.
Trop de haine, trop de mal, trop d'inconscience...
Les yeux de Murmure devinrent noire comme la suie. Qui était cette chose pour venir casser l'harmonie de son repaire? Plus aucune peur. La nymphe se mit à crier et crier. Son cri de rage et de menace ressemblait au bruit des tornades et des volcans. Sa silhouette grandit de plusieurs mètres et des dents effiler et pointus remplacèrent sa parfaite denture. Murmure gueula encore quelque fois avant de s'écrier, d'une voix pire qu'un cauchemar:

-VOUS N'ÊTES PAS LE BIENVENUE!

Un peu ironique comme phrase... Le géant était en train de maltraiter sa "protéger" et la seule chose qu'elle disait, c'est qu'il n'était pas la bienvenue! Pourtant, pour la nymphe c'était tout ce qu'il y avait à dire.
Soudain, ses mains se transformèrent en une masse incolore. Un genre de brouillard les enveloppais. Si Théodoric bougeait, ce serais son dernier mouvement. Je vous l'ais dit, la nature donne la vie, mais peut facilement la reprendre. Elle était la vie, la fille de la déesse de la terre.
Murmure s’avança rapidement et poussa le géant hors de Syliae. Un parfait inconnue aurait trouver la scène cocasse, une petite femme, nue en plus, poussait un démon au moins 2 fois plus grand qu’elle… et réussit à le faire bouger!
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Sam 6 Mai - 16:02

(hj : si tu grandis de plusieurs mètres, alors tu es plus grande que moi, donc je ne comprend pas trop pourquoi tu dis que la scène est étrange... je mesure environs 2m35 avec mon armure, je suis un colosse parce que je suis hyper massif et que j'ai une force épouvantable... Je te conseillerais de lire ma présentation, de quoi savoir un peu à quoi t'en tenir, merci.
HJ 2 : ha j'oubliais, je suis allé voir ta fiche, et aucun des pouvoirs que tu viens de démontrer ni est indiqué, alors je les prend en compte mais je ne leur accorderai certainement pas une grande importance. Désolé si cela te cause le moindre problème, mais j'aime le RP bien fait)

Théodoric, le visage dénué de toute expression, approchait son corps de celui de la pauvre jeune fille. Soudain, derrière lui des cris se lèvent, mais il ne les entend pas, il ne les comprend pas, ce ne sont que les vulgaires râles de la terre sans la moindre valeurs pour le géant de fer. Puis une créature pousse alors le guerrier sur le côté... et reçoit la flèche à la pointe recouverte du virulent poison qui lui était destinée... Mauvais concours de circonstance, la nymphe enragée est prise de surprise, le visage de Théo est toujours empreint du plus profond désintérêt, blasé par le mal et le néant. Un brouillard bouchait la vue à cet endroit, autour de l'arbre, autour de la nymphe, du guerrier et de la jeune magicienne. Et malgré la surprise de cette flèche qui causerait surement sa perte, la nymphe ne semblait pas avoir peur.. semblait certaine de pouvoir tuer Théodoric. Mais personne ne peut tuer celui qui veut mourir, rien ne peut lui faire de mal, et c'est justement pour cela qu'il cherche les déesses, car elles seules pourront le délivrer de son calvaire.

Cette nymphe prétends elle pouvoir m'abattre ? Théodoric n'y accorde nulle importance, il a été poussé de peut-être deux pas au plus, alors il se retourne vivement et donne un vigoureux coup d'épaulette bardée de pics dans l'épaule de la créature de la forêt... Maintenant, valait mieux pour elle qu'elle s'éclipse au plus vite si elle ne voulait pas y passer elle aussi... comme ces pauvres bougres, ces braves guerriers et guerrières qui s'étaient retrouvé par accident devant la lame de la mort sans nom. Le géant est près à frapper à nouveau, il est l'incarnation de la peur et du mal, il n'éprouve aucun sentiment, ne voit même pas le monde qui l'entoure. Pour lui tout cela est flou, comme dans un rêve... ou un cauchemars... qui ne finit jamais. Jamais manger, jamais dormir, jamais se coucher ni rêver, jamais vivre comme un homme se doit de vivre. Jamais de plaisir ou de peur, de fatigue ou de réflexions. Seulement cette profonde lassitude, et ces semblant d'émotions passagers et fade. Théodoric ne voit rien, il est aveuglé par le brouillard, mais pas celui lancé par la fille de la terre, plutôt celui qui voile son regard, qui embrouille son esprit. Aucune peur et aucune saveur, voila comment le monde du guerrier damné se dessine, et ceux qui auront le malheur de se trouver sur son chemin paieront le prix d'avoir à son contraire encore quelque chose à perdre.

L'épée hachoir, arme du monstre, se lève alors et bat le vent, frappe avec force et nonchalence en fesant se déplacer le brouillard, frappe pour tuer, frappe pour découper, pour faire taire et s'écrouler la créature humanoïde qui est devant lui sans même qu'il ne la regarde. Un coup mortel... mais le poison aura t-il fait effet assez vite pour l'empêcher de se sauver ?... Sérieusement, Théodoric s'en moque bien. Il veut tuer, et si il ne le peut, alors tant pis, il tueras plus tard. Il ne sais même pas que l'orque est là, mais son esprit a noté le tir de cette flèche, esprit étrange, extra-terreste et complètement cinglé. Pas un mot ni un soupir, pas un sourire ni une grimace, visage placide et ennuyé, Théodoric Stahlfaust est maintenant l'abomination du destructeur. On ne peut le blesser, on ne peut mettre fin à ses jours, et c'est d'ailleurs là le plus grand des tourments de l'homme qui sommeille encore loin, très loin sous la bête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murmure
Invité



MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Lun 8 Mai - 10:30

Murmure ne sentit pas la flèche perforer sa peau. En fait, celle-ci, dès qu'elle eut toucher la peau de la nymphe s'y déroba. Murmure ne pouvait être blesser dans son antre de toute façon. Elle voyait bien pourtant que la chose abominablement dégoutante devant elle, ne pouvait être battu. Il ne fallait que se sauver, c'est tout. Elle et la fille. Certes, elle ne reverrait peut-être plus Grishnak mais celui-ci s'était déjà sauver alors à quoi bon... Murmure disparut et réapparue au côté de la jeune fille. Elle lui prit la main et dans un coup de vent, disparu avec elle.
C'était tout. Cette manoeuvre n'avait durer que quelque seconde, peut-être moins.
Maintenant, la gamine et elle-même était en sécuritée.
Maintenant, plus rien ne pouvait les atteindres.
La nymphe et Sylliae était maintenant proche d'un cours d'eau. Murmure se mit en tailleur et une larme coula sur sa joue. Jamais de sa vie elle n'avait autant pleurée. Pourtant ce n'était quasiment rien. Enfin... Maintenant la jeune fille était sauve. Étrangement, elle lui faisait penser à une jeune pousse de rosier.
La nymphe se tourna vers la petite. La main de celle-ci était toujours coller contre ses yeux. Murmure pourra-t-elle faire quelque chose?
[Suite dans "Au bord d'un cours d'eau quelquonque"]
Revenir en haut Aller en bas
Théodoric
Guerrier(ère) de la terre
Guerrier(ère) de la terre
avatar

Nombre de messages : 666
Age : 30
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   Lun 8 Mai - 15:57

L'épée s'abatti et... le vide. La nymphe et la fille avaient toutes deux disparuent. Théo resta béa, le visage platonique, devant la scène. Disparues, simplement. Déception, encore et encore, de voir sa proie s'échapper. Théodoric se retourne alors en direction où la flèche a étée lancée, et pose son regard dans cette direction. Y a t-il quelque vie qui y traîne ? Où est la créature ?... Théodoric approche de son pas toujours aussi lourd, frappant les arbres au passages à coups de hachoir nonchalents, coupant, sectionnant, déracinant les petits arbres et blessant horriblement les autres. Il sentait, il cherchait, où pouvait se trouver l'orque, et s'il était vraiment parti, alors il le chercherait jusqu'aux abords de la forêt, et continuerait sur ces landes prêtes à subir le courroux et la rage de Théodoric, guerrier du désespoir...

[HJ : EDIT ; Trop long, j'me casse d'ici, suite ---> château de la terre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seule à l'ombre d'un grand arbre...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seule à l'ombre d'un grand arbre...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve. [PV]
» [Air d'entraînement ] Sur le grand arbre.
» Sortie du Squad de météo (PV tous ceux qui veulent à condition qu'il soient du Grand Arbre)
» Une visite très particulière du Grand Arbre
» Nos chansons Ga'Hoole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 éléments :: Continent de la terre :: Mynorie-
Sauter vers: