AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aux abords de la forêt

Aller en bas 
AuteurMessage
Watoo
Sorcier(ère)
Sorcier(ère)
avatar

Nombre de messages : 298
Age : 1012
Date d'inscription : 13/04/2006

MessageSujet: Aux abords de la forêt   Lun 24 Avr - 21:40

Dans le ciel, le soleil commençait tout juste à redescendre. La lueur faiblissait tout doucement et les ombres s'étiraient, signe de la nuit prochaine. Un homme étrange était accroupie au milieu du petit ruisseau, posté dans une position hétéroclite, fixant avec une attention qu'on aurait pu qualifier de démesurée le lit du cours d'eau, silencieux, retenant même son souffle pour ne pas le jeter dans le courant. C'était le silence plat, si ce n'était du glissement délicat et merveilleux de ces fines vagues s'entrechoquant doucement sur les pierres, et d'un infime murmure que nul homme n'aurait pu définir, un murmure si doux et si bas qu'il aurait fallu se coller au chaman pour l'entendre. Celui ci parlait aux pierres du ruisseau...

- Révélez moi vos secrets, antiques pierres du ruisseau. Révélez moi la crue, révélez moi les écailles d'argent pour le bien du monde.. Révélez moi l'arrivé de l'animal, amis esprits... Amenez moi la nageoire du passeur des eaux, esprits de la terre...chuchota t-il, s'adressant effectivement aux quelques minéraux saillants qui émergeaient du petit cours d'eau.

Watoo regardait avec le plus grand sérieux le ruisseau, attendant vraissemblablement l'arrivé de quelque chose. Le courant était bien trop rapide pour qu'il attrape le moindre poisson, surtout à main nues, mais le chaman connaissait ses capacités et n'en aurait jamais douté. Soudain, l'homme étrange plongea vivement la main dans l'eau, attrapant un poisson dans sa main avec aisance. Les esprits l'avaient avertit... Ils l'avaient aidé à attraper sa cible. Le chaman bondit alors de pierre en pierre avec une grande souplesse, émétant un léger bruit de petits objets et de babioles qui s'entrechoquent en chaque saut, son habit en étant recouvert. Parfois, il cueillait une plante ou un objet par ci par là entre deux bonts, se déplaçant rapidement et collectant tout ce qui pourrait lui sembler utile au passage. Les petits os cliquetèrent encore une dernière fois avant que Watoo ne s'arrète enfin devant un arbre de taille respectable. Encore accroupie, Watoo fit bien attention de se placer face à l'arbre, dans l'ombre de celui-ci... Car les démons ne regardent pas le soleil, ils ne le peuvent pas ! Et dans l'ombre, Watoo avait la faveur et la protection de l'esprit de cet arbre. Le regard toujours jeté sur le poisson, qu'il déposa doucement au sol après l'avoir tué avec ses doigts habiles, il prit une bonne poignée de terre qu'il ingurgita aussitôt. Pour lui, cela était tout à fait normal. La terre meuble suffisait amplement à soulager ses besoins en nourriture (d'où peut-être sa masse musculaire un rien douteuse par rapport à sa carrure...) et il ne s'en outrageait pas outre mesure. Les sourcils froncés, il commença l'opération.

Il n'avait certe pas attendut dans ce cours d'eau pendant une heure pour simplement manger cet animal, ho non ! Il sortit un petit outil, un espèce de crochet fait à partir d'un dard de scorpion, et commença à ouvrir délicatement le poisson argenté. Avec tout le sérieux et le professionalisme du monde, il observa les viscères et joua un peu avec pour en analyser toutes les facettes. Les présages n'étaient pas encore assez clair... Il sortit de l'une de ses nombreuses poches une racines qu'il se mit nonchalament à machouiller. La racine était dure, mais ses mâchoires et ses dents étaient habituées à ce genre d'exercice et la plante se ramollit tranquillement. Il observa alors le poisson avec plus d'attention, essayant d'en percer le moindre mystère. C'est alors qu'il commença à avoir des visions. Le poisson venait de loin. Il venait de près d'un château, il avait voyagé près d'un camp d'orques et avait perdu une partie de sa famille dans le voyage, chassés par des bêtes sauvages et des peaux-vertes.

Le coeur de Watoo se mit à battre plus vite, ce qu'il voyait là était signe de danger, il ressentait au plus profond de lui une force incroyable dans ce présage de coutûme. Les viscères lui indiquèrent (selon lui) l'écorce de l'arbre devant lui. Il leva donc les yeux vers cette écorce, et cru halluciner d'abord. Les hallucinations étaient normalement source de présage et Watoo les voyaient comme des messages plutôt qu,autre chose, mais cette fois, il avait peine à y croire. Les rides de l'arbres semblèrent bouger, onduler lentement, les yeux de Watoo les fixaient et suivaient, hypnotisé, leur progression. Il y a un chamboulement à l'Est, présage de peur et de distortion. Mais cela n'est pas le plus important, l'écroce ondule encore et donne enfin aux yeux du chaman l'image d'une petite fille magnifique et dotée d'une dignité sans bornes. Watoo ne comprenait pas, il fixait l'arbre et craignait se qu'il y voyait. Il avait peur car le pouvoir se dégageait de cette fillette, il en était sur. Était-elle maléfique ? Ça, il n'en avait pas la moindre idée, tout ce qu'il savait c'est que devant lui se tenait la manifestation d'un pouvoir immense, et que ce pouvoir était bien trop dangereux pour exister, qu'il devait rencontrer cette personne coûte que coûte, quelque soit le nombre de vies qu'il devrait y mettre, et mettre un terme à ce danger. Il fixe l'image et a peur... Elle ne fait qu,un avec l'arbre. Jamais il n'a vu manifestation pareille. L'arbre ne lui révelle pas n'importe qui, il lui révelle une créature qui est en liaison directe avec lui, comme si cette fille était la mère de l'esprit de l'arbre, et de tout les autres d'ailleurs...

Elle n'est pas humaine. Elle est apparu dans l'écorce de l'arbre. Elle est Banzaya, le bourgeon originel !!! Il regarde ses yeux, et son pouvoir l'obsède. Son feuillage magnifique, son écorce si pure... Cette fille est la mère des arbres, d'une façon ou d'une autre, et pourtant, elle n'est pas encore éclot... Et il ne faut pas qu'elle éclose ! Surtout pas. Elle est la graine qui a engendré la terre, elle est beaucoup trop puissante pour pouvoir éxister sans danger de détruire le monde, alors Watoo se devra de lui enlever ses pouvoir ou bien, la tuer... Ou bien trouver un moyen de faire dispraitre cette menace si terrible !


- Otto, No'Oni ! Otto, no, Sin'Dra Coso ! Feriylla'Esch ! Orktar... Banzaya est le début de tout. Banzaya est la force de la terre. Banzaya ne doit pas renaître, car elle causer chaos ! Watoo devoir calmer le bourgeon originel, faire dormir et dissiper danger, comme mauvais rêve... Bourgeon ne doit pas se réveiller, bourgeon doit ne pas épanouir, sinon grand mal être causé malgré elle... Et les esrpits s'entrechoquer et détruire fondations de réalité. Monde s'éffondrer... Doit pas arriver...

Sur ce, le chaman ferme les yeux et pose sa main sur le cadavre du poisson, dans sa tête une image apparait clairement à lui. L'image d'un château non loin d'ici, là où il pourra trouver Banzaya. Il ouvre alors les yeux, voit le monde sous un oeil différent soudain et souffle doucement sur le poisson mort pour lui témoigner de son respect et libérer son esprit de son mal avant de quitter son envellope charnelle. Il regarde alors devant lui, se redresse en un léger bruit de cliquetis d'os, fixant l'horizon, ses percetions toujours modifiés par la plante maintenant dissoute dans son corps et brûlant son estomac endurcit à toute douleur. Il sent les esprits se dessiner et roder autour de lui, mais il ne cherche pas tout de suite à communiquer, il est maintenant un esprit et son devoir doit aller avant tout vers Banzaya. Il marche, le regard sur, vers le palais de la terre, en transe douce et légère, laissant le poisson aux carnassiers du coin.

- Le dormeur doit se réveiller, il doit sentir le monde et l'observer, Odo'San kinii, Bëlla'Sieth, Oromaa... Que les esprits... Me guident.

Suite ---> château de la terre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klovic
Invité



MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Mar 23 Mai - 18:27

Klovic était là, planté devant le petit ruisseau où l'étranger l'avait emmené. Il se retourna, donc, et regarda l'étrange personnage qui se tenait à ses côtés. Il était loin d'être beau. Et il avait eu une étrange réaction aux portes du château de la terre. Là où il avait vu les deux hommes, enfin, si nous pouvons appeller ça des hommes, encore moins que l'on peut appeller Klovic un homme. Sa réaction envers lui l'inquiétait, on dirait qu'il savait que Klovic était... disons... "spéciale". Il était la, bêtement, en le regardant, il avait l'air de bien connaître cet endroit. Klovic se demandait qui était ce personnage et surtout, qu'est-ce qu'il était. Il avait suivi ce personnage sans broncher. Une méfiance mélangé à la confiance reignait en lui.

" J'ignore qui vous êtes, mais j'avais besoin de dormir et manger, vous m'avez dit que c'était un endroit pour me reposer, alors je ne vois pas d'endroit assez confortable. Mais j'ai une autre question ; votre réaction m'a été assez... étrange. Me connaissez-vous? Ou voulez-vous juste vous faire un ami? Sinon, je me nomme Klovic, et j'aime la fôret, mais cela fait bien quelques jours que j'y suis, et j'avais besoin de quelque peu de chaleur humaine pour me remonter le morale... bien que peut-être êtes vous humain?[/b] "

Il chercha autour de lui un rocher pour s'asseoire, mais il décida plutôt d'aller boire dans le ruisseaux qui coulait à ses pieds. À sa droite, un peu plus loin, il y avait une grotte et Klovic avait ressentit la présence d'un animale assez imposant. Il ne chercha pas à le perturber et continua à boire et se laver le visage de cet eau pure et claire. Il enleva ses bottes de ses pieds qui lui fesait affreusement mal, et les glissa sur le sol, à côté d'une roche plate. Il trempa ses pied dans l'Eau et laissa sortir un petit soupir de contentement.

Bien qu'il devrait se méfier de l'étranger, il ne s'en soucia pas. Il avait quand même les moyens de se défendre. Mais il avait plutôt l'air amicale. Lui avoir offert de l'aider à se reposer, ce n'était pas méchant... à moins qu'il veuille lui tendre un embuscade...
Revenir en haut Aller en bas
Watoo
Sorcier(ère)
Sorcier(ère)
avatar

Nombre de messages : 298
Age : 1012
Date d'inscription : 13/04/2006

MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Mar 23 Mai - 19:06

Watoo ignora complètement les propos de l'homme ou presque, ce qui put lui paraitre tout à fait insultant... Watoo n'était pas comme n'importe qui, il n'avait pas l'habitude de communiquer à d'autres gends que les esprits qui l'entouraient... Le chaman tourna un peu la tête et, encore aspérgé de pluie, posa son index sur sa bouche pour insiter son compagnon au silence. Le chaman avança alors, à la surprise de l'homme, sautant de roche en roche, pour arriver directement devant la grotte où émergeait alors.. UN IMMENSE OURS BRUN !!!

Néanmoins, le chaman ne fut pas surpris et ne fit pas de cas de cette apparition impromptut. De toute façon, c'est bien à cet animal qu'il voulait communiquer...
- Ottoooo, nodaaaan'galebol... Oussaliki, not'tdjihi, Walgameth ! soupira l'homme hétéroclite à l'énorme animal velu, accompagnant ses paroles avec de nombreux gestes qui prenait beaucoup d'espace... Le chaman se concentrait sur l'ours et ignorait pour l'instant l'autre homme qui regardait alors la scène, médusé.

Après un instant à psalmonier ces paroles incompréhensibles, qui ne semblaient en fait appartenir à aucune langue connu, envers le mammifère massif, ce dernier retomba sur ses quatres pattes et paru soudain tout à fait inoffensif, s'écrasant même, silencieux, ronflant un peu et grognant d'aise sur l'entré de la grotte.

Alors seulement, le chaman se retourna vers Klovic et lui fit de grand signes de mains signifiant qu'il pouvait venir.
- Toi pouvoir entrer, toi pouvoir venir dans caverne sec ! Ici pas de pluie et de tonnerre, vous en sécurité. (Le chaman sourit de son sourire à la fois très amusant et... un rien effrayant) Nous aller là et parler de chose importante, devoir crucial attendre les bergers de la terre !
En disant ces paroles, le sorcier vodoo ne cessait de faire de nombreux gestes pour accentuer l'effet de ses propos, pointait le ciel et indiquait parfois sa personne ou bien celle de son "invité".

- Ours nous protéger ! Lui nous laisser reposer là pendant que lui monter garde. Vous pas avoir peur !!! Non non... Venir ! (le chaman avança, puis s'arrêta raide, pour à nouveau se retourner vers un Klovic légèrement perplexe) Moissa Watoo. Watoo Salimane. Je être messager des esprits et chasseur de démon. Je.. protéger.. vous.
Il dit ces mots lentement, comme à un enfant pour qu'il comprenne bien (à noter que Watoo se considère à un niveau spirituel bien supérieur à celui de n'importe qui de son entourage). De plus, il prononça le tout avec un sérieux déconcertant. Klovic n'avait peut-être pas sa place dans le combat épique qui se déroulait plus loin, mais de là à avoir besoin de protection...

Mais c'était là le charme et le mystère d'un chaman patibulaire et excentrique à l'extrème. Selon lui, l'homme devant lui lui avait été placé là grace seulement au destin, et il se disait que cet homme méritait son attention, c'était le présage de la racine !!! Alors, il lui parlerait de ses plans et l'écouterait. D'ailleurs, il considérait (par on ne sait qu'elle raison ou hasard) que ce Klovic était très près des esprits, sans pour antant en être conscient, alors il avait un lien direct avec la suite des événements concernant la sorcière de terre... Il devait être mis au courant... mais d'abord, un peu de repos et de calme au fond d'une caverne ! Le chaman y pénétra et alla se placer tout au fond, entouré du bruit de fond que produisaient les éclairs à l'extérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klovic
Invité



MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Mer 24 Mai - 16:17

Klovic retira ses pieds de l'eau froide en voyant l'étranger s'en aller vers la grotte. Il marcha un peu sur le gazon mouillé pour arriver à ses bottes trempés qui étaient accottés sur une roche plate. Il les metta et regarda en direction de la grotte. Il était devant la porte et devant l'ours qui était dressé sur deux pattes, puis il murmura une phrase incompréhensible. L'ours retomba sur ses pattes et resta immobile. Klovic était étonné par la réaction de l'ours envers cet ( ... pouvons-nous dire homme? ) homme. IL l'observa encore un moment quand le chaman se retourna vers lui en en lui parlant et en gesticulant...

" Toi pouvoir entrer, toi pouvoir venir dans caverne sec ! Ici pas de pluie et de tonnerre, vous en sécurité. " dit il en souriant. " Nous aller là et parler de chose importante, devoir crucial attendre les bergers de la terre ! "

Les bergers de la terre! Pourquoi parlait-il des bergers de la terre. Savait-il ce qu'était en réalité Klovic Kosak? ou était-il seulement fou? Une longue discussion s'en alla suivre... il regarda encore le chaman qui lui disa en gesticulant tout autant...

" Ours nous protéger ! Lui nous laisser reposer là pendant que lui monter garde. Vous pas avoir peur !!! Non non... Venir ! " il pénétra quelque peu dans la cave et il dit encore... " Moissa Watoo. Watoo Salimane. Je être messager des esprits et chasseur de démon. Je.. protéger.. vous. " on dirait qu'il prenait Klovic pour un imbécile, puis il entra dans la caverne.

* Me protéger... * pensa l'homme en lui. * Pourquoi? * il n'avait point besoin de protection... était-il en danger? Il comptait bien le lui demande. L'Oracle avait bien des questions à poser à cet inconnu du nom de Watoo ; comme qui étaient ces combattant aux portes de la ville? Et que voulait Watoo à Klovic. Sans plus hésiter, Klovic marcha vers la grottes, il avait froid maintenant. En plus d'être affamé et fatiguer. Il marcha devant l'ours et il lui dit dans un language très compréhensif... " Merci à vous! " et l'ours le répondit avaec un petit grognement et de ce qui avait l'air d'un sourire. Klovic entra aussitôt dans la cave où était le chaman inquiétant.

" Premièrement, Watoo, que me voulez vous? Je ne vous ai jamais vu et vous me semblez quelques peu inquiétant. Je n'ai nullement besoin de votre protection. Deucièmement, j'ai extrêmement faim puis je suis fatigué. Et pour finir, qui étaient les deux guerriers aux portes du château de la terre? " il dit cela en s'asseillant, accotté à une parois de la grotte.

Les bergers de la terre... cette phrase l'inquiétait gravement. Était-il en lien avec Kanbonverka? Elle lui aurait sûrement dit, qu'il y avait quelqu'un d'autre comme Klovic. Les prochaines heures seront donc donnés aux questions et à la discution avec cet être, bien que plus inconnu, mais encore aussi étrange....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux abords de la forêt
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luthien&Tauriel ? Aux abords de la forêt
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 éléments :: Continent de la terre :: Mynorie-
Sauter vers: